Show Less

Religion, Ethics, and History in the French Long Seventeenth Century - La Religion, la morale, et l’histoire à l’âge classique

Series:

Edited By William Brooks and Rainer Zaiser

In June 2006 delegates from eight countries representing six French, US, and British-based learned societies met at St Catherine’s College, Oxford, for a conference on the French long seventeenth century entitled ‘Modernités/Modernities’. Twenty of the best papers on religion, ethics and history were selected for this volume, and they present new perspectives on topics as diverse as devotion and pornography, artifice and the pursuit of truth, Bruscambille and Pascal, historiography from the sixteenth century to Voltaire, and, of course, the Querelle des Anciens et des Modernes.
En juin 2006 un colloque sur le thème de la modernité pendant l’âge classique a réuni à St Catherine’s College, Oxford des spécialistes venus de huit pays pour représenter six sociétés savantes dont quatre françaises, une américaine, et une britannique. Vingt communications choisies parmi les meilleures sont recueillies dans le présent volume, sur des sujets aussi divers que la dévotion et la pornographie, l’artifice et la recherche de la vérité, Bruscambille et Pascal, l’historiographie tant du seizième siècle que de Voltaire et, bien entendu, la Querelle des Anciens et des Modernes.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Modernités de l’imaginaire nuptial: anatomies du mariage 91

Extract

CLAIRE CARLIN Modernités de l’imaginaire nuptial: anatomies du mariage En 1525, le Chevalier Berquin est mis à mort, brûlé vif pour l’hérésie d’avoir traduit l’Encomium matrimonii d’Érasme en français. Les idées d’Érasme sur le mariage sont bien connues: il provoque, d’abord en mettant en question le célibat (y compris celui des prêtres et autres vierges), mais sa vision la plus révolutionnaire est celle d’une union conjugale où le soutien réciproque, moral et affectif, est aussi impor- tant que la procréation. Au sein de l’Église catholique, Érasme ébranle les fondements de l’institution matrimoniale en critiquant implicite- ment les édits des Pères de l’Église et des innombrables conciles médiévaux; il suggère une nouvelle perspective sur le rôle de la femme, considérée non seulement comme un être inférieur et néces- sairement subordonné, mais aussi comme une conjointe dont la contribution est essentielle au succès de l’union.1 Voilà ce qui fait rêver les générations suivantes (même si parfois les rêves tournent en cauchemars), voilà le moteur de cet ‘imaginaire nuptial’ que je tente 1 Sur Érasme et le mariage, voir la traduction par Berquin de la Déclamation des louenges de mariage, éd. par É. Telle (Genève: Droz, 1976), ainsi que l’édition latine de l’Encomium matrimonii procurée par J.-C. Margolin dans les Opera Omnia Desiderii Erasmi Roterodami, ou ASK (Amsterdam: Holland-North Publishing Co...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.