Show Less

Religion, Ethics, and History in the French Long Seventeenth Century - La Religion, la morale, et l’histoire à l’âge classique

Series:

Edited By William Brooks and Rainer Zaiser

In June 2006 delegates from eight countries representing six French, US, and British-based learned societies met at St Catherine’s College, Oxford, for a conference on the French long seventeenth century entitled ‘Modernités/Modernities’. Twenty of the best papers on religion, ethics and history were selected for this volume, and they present new perspectives on topics as diverse as devotion and pornography, artifice and the pursuit of truth, Bruscambille and Pascal, historiography from the sixteenth century to Voltaire, and, of course, the Querelle des Anciens et des Modernes.
En juin 2006 un colloque sur le thème de la modernité pendant l’âge classique a réuni à St Catherine’s College, Oxford des spécialistes venus de huit pays pour représenter six sociétés savantes dont quatre françaises, une américaine, et une britannique. Vingt communications choisies parmi les meilleures sont recueillies dans le présent volume, sur des sujets aussi divers que la dévotion et la pornographie, l’artifice et la recherche de la vérité, Bruscambille et Pascal, l’historiographie tant du seizième siècle que de Voltaire et, bien entendu, la Querelle des Anciens et des Modernes.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Piété moderne et «directrices de conscience»: les cas de la Mère de Chantal et de Madame de Sévigné 189

Extract

BERTRAND LANDRY Piété moderne et «directrices de conscience»: les cas de la Mère de Chantal et de Madame de Sévigné Dans la France du XVIIe siècle où s’opère un renouveau religieux, François de Sales, évêque de Genève, se distingue par sa vision spiri- tuelle qui célèbre la primauté de l’amour et prône l’aide aux chrétiens afin qu’ils se comportent en vrais disciples de Dieu. L’importance de ce message est d’autant plus remarquable qu’il s’adresse également à la femme. Depuis des siècles, cette dernière, jugée faible et peu fiable, a été négligée par des générations de théologiens obstinément fixés sur le sort et le salut de l’homme. La conception théologique salésienne moderne pour l’époque va toucher une multitude de croyantes, parmi lesquelles Jeanne-Françoise Frémyot, baronne de Chantal. Les deux se rencontrent à Dijon en 1604, et nouent une solide amitié qui se cristallise dans la fondation de l’ordre de la Visitation de Sainte-Marie, en 1610. Elue mère supérieure du premier couvent installé à Annecy, puis seule responsable de l’ordre en 1622 après la mort de François de Sales, celle qui est devenue la Mère de Chantal ne rompt jamais les liens qui l’unissent à ses enfants, ses filles Marie- Aimée et Françoise, et son unique fils Celse-Bénigne. Les rapports entre le fils et la mère trouvent une place particu-...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.