Show Less

La crise allemande du roman français, 1945–1949

La représentation des Allemands dans les "best-sellers </I>de l’immédiat après-guerre

Series:

Manuel Bragança

Après la Seconde Guerre mondiale, c’est par le roman que nombre de Français choisirent de penser un conflit qui, bien que moins sanglant que la Première Guerre mondiale d’un point de vue strictement français, se révéla bien plus destructeur en termes de valeurs. Parmi les très nombreux romans abordant ce sujet dans l’immédiat après-guerre, plusieurs d’entre eux se distinguent par un immense succès public et critique, démontrant par là-même qu’ils répondaient à une certaine attente de leurs contemporains. Ce sont ces best-sellers, écrits par Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Romain Gary, Jean-Louis Bory et Jean-Louis Curtis, qui forment le socle de cette étude pluridisciplinaire se situant au croisement de l’histoire culturelle, de la narratologie et de la poétique. De bords politiques divers, ces romanciers ont tous refusé la collaboration et participé, de près ou de loin, tardivement ou non, à la Résistance. Les Allemands, les ennemis d’hier, sont évidemment omniprésents dans ces textes. Pourtant, les notions d’identité et d’altérité étant étroitement liées (puisque c’est bien l’Autre, par ses différences, qui révèle l’identité d’un individu ou d’un groupe), il s’agira moins dans cette étude de rendre compte d’une perception subjective des Allemands que de saisir a contrario comment les Français se sont eux-mêmes perçus au lendemain d’un conflit toujours très présent dans leur mémoire collective.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 1 Entre souvenirs, rumeurs et fantasmes 

Extract

: vers la (re)découverte des Allemands dans Les Chemins de la liberté (1945–1949) de Jean-Paul Sartre Peut-être serait-ce un bienfait, pour un vieux peuple, de savoir plus faci- lement oublier : car le souvenir brouille parfois l’image du présent et l’homme, avant tout, a besoin de s’adapter au neuf. — Marc Bloch, L’Étrange défaite Après la Seconde Guerre mondiale, relativement peu d’écrivains français se sont intéressés à la période de l’avant-guerre, une période où les Français étaient divisés, leur attention se focalisant sur la guerre elle-même et notam- ment sur la fin de la guerre, beaucoup moins problématique, la dureté de l’Occupation allemande rassemblant alors la grande majorité des Français. La trilogie (ou tétralogie inachevée) Les Chemins de la liberté de Sartre est l’un des rares textes à le faire. Conçue en 1938 mais publiée seulement entre 1945 et 1949, la trilogie mène progressivement le lecteur d’une situation où les Allemands sont quasiment absents des pensées françaises (en juin 1938, dans L’Âge de raison) à une situation où la menace allemande resurgit subite- ment lors de la crise de Munich (en septembre 1938, dans Le Sursis),1 avant 1 La crise de Munich (ou crise des Sudètes) commence avec la revendication territo- riale d’Hitler sur la région des Sudètes appartenant alors à la Tchécoslovaquie mais peuplée majoritairement d’Allemands. 38 Chapitre 1 que ceux-ci ne deviennent...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.