Show Less

Dans le feuilletage de la terre

Sur l’œuvre poétique de Marie-Claire Bancquart- Colloque de Cerisy

Series:

Béatrice Bonhomme, Aude Préta-de Beaufort and Jacques Moulin

Ce livre se consacre à l’œuvre de Marie-Claire Bancquart, poète, romancière, essayiste et critique. Habiter le monde en conscience, en y effleurant des joies, en y devinant des survies dans l’immanence, sans rien ignorer de ses violences, habiter « avec la mort, quartier d’orange entre les dents », telle est la tâche que se fixe Bancquart dans sa poésie. « Braille du vivant », la langue du poème doit permettre, avec simplicité, exigence, tendresse, d’interroger l’énigme des choses, entre présence et fragilité, parole et suspens.
De la révolte des premiers recueils à la sérénité inquiète des plus récents, l’œuvre accomplit un parcours poétique et existentiel dont les amis, poètes et chercheurs réunis à Cerisy-la-Salle pour le colloque international de septembre 2011 ont voulu montrer la singularité. Ces présentations sont réunies dans ce volume, qui est à ce jour le plus important ensemble critique consacré à l’œuvre poétique de Bancquart.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Part XII Entre énigme et quotidien

Extract

Michaël Brophy Au plus juste de l’obscur avec Marie-Claire Bancquart Les occultes géométries que l’on calcule… — Guillevic1 ai-je seulement ef f leuré les ténèbres ? approché l’impénétrable ? — Hélène Dorion2 Le plus petit oiseau fait encore une ombre sur la terre — Marie-Claire Bancquart, TE, 133 Chez Marie-Claire Bancquart, énigme est de ces « [m]ots qui lacèrent » (RE, 133). Dans les premiers recueils, elle est moins af faire de sens que de violence, cette même violence qui anime les visions de désagrégation et de dépouillement si chères à la poète, qui alimente son désir de « dépétrir » (RE, 50), sa soif d’ « une genèse déchirée » (RE, 182), et sous-tend la trou- blante exemplarité de ces figures contrefaites ou défaites que sont l’estropié et l’écorché dans son écriture3. « Le secret reste / enseveli dans les cellules » 1 Guillevic, Terre à bonheur, Paris, Seghers, [1951] 2004, p. 41. 2 Hélène Dorion, Portraits de mers (2000) in Mondes fragiles, choses frêles, Poèmes 1983–2000, Montréal, L’Hexagone, 2006, p. 766. 3 Autour de ces figures s’articule une vive protestation contre « la naissance dérangeante » (RE, 312). Dans Opportunité des oiseaux (1984), l’estropié est considéré comme cette « [c]hose en haute misère / élevant une attestation / de vie et de mœurs contre le dieu qui l’a raté » (RE, 127). Vingt-cinq ans plus tard, le même sentiment de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.