Show Less

L’Autobiographie entre autres

Écrire la vie aujourd’hui

Series:

Fabien Arribert-Narce and Alain Ausoni

Où va l’autobiographie ? Alors qu’elle évolue entre les genres, entre les cultures et les langues, ainsi qu’entre les nouveaux moyens de capter et d’archiver la vie, on remarque qu’elle constitue plus que jamais un lieu d’expérimentation et d’innovation pour les auteurs d’expression française. Cet ouvrage se propose dès lors d’examiner plusieurs des formes d’écriture de soi qui ont marqué ces dernières décennies. Parcourir des œuvres d’auteurs et de cinéastes reconnus avec des spécialistes de l’autobiographie, c’est se donner une chance de saisir certaines évolutions et de mesurer la vitalité d’un genre pour lequel l’intérêt critique et populaire n’a fait que croître depuis les premiers travaux de Philippe Lejeune (qui signe l’arrière-propos de ce volume) dans les années 1970. On trouvera ici des contributions de chercheurs qui répondent au commun désir de développer de nouveaux cadres théoriques permettant d’apprécier à sa juste valeur la remarquable diversité de la production autobiographique contemporaine.

Prices

See more price optionsHide price options
Show Summary Details
Restricted access

Partie II Autres cultures, autres langues : autobiographie, contexte postcolonial et translinguisme

Extract

LOUISE HARDWICK 3 L’essor du récit d’enfance dans la Caraïbe francophone Avant 1990, les formes autobiographiques de la littérature francophone caribéenne n’ont reçu que très peu d’attention critique.1 Bien que le ving- tième siècle ait été une période de fécondité littéraire sans précédent en Martinique, en Guadeloupe et en Haïti, celle-ci s’est exprimée princi- palement à travers la poésie dans la première moitié du siècle, avant de s’étendre à la prose et au roman à partir des années 1960. Un grand nombre de magazines, de journaux, d’essais et de manifestes, dont la plupart ont occasionné de vifs débats autour des mouvements littéraires, avaient aussi été publiés avec des degrés variables de succès et de longévité. De telles publications avaient cependant tendance à privilégier le collectif sur l’indi- viduel, puisqu’elles cherchaient à construire une identité nationale plutôt que personnelle. Elles soulevaient aussi des problèmes d’accessibilité et de dif fusion, trouvant plus souvent un public en France métropolitaine voire dans les universités occidentales, ce qui remettait en question leur lien avec le public des Antilles. Ce manque relatif de pratique autobiographique dans la littérature francophone caribéenne la dif férencie nettement de la littérature anglophone de la même période, que ce soit celle des anciennes colonies britanniques de la Caraïbe ou celle de l’Amérique du Nord. Les littératures...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.