Show Less

Pierre Bourdieu et la distinction sociale

Un essai philosophique

Simon Susen

L’objet principal de cette réflexion est d’examiner de manière approfondie la conception bourdieusienne de la « distinction sociale ». À partir d’une analyse détaillée de La distinction. Critique sociale du jugement (1979), cet essai passe au crible les forces et les faiblesses des explications élaborées par Pierre Bourdieu à propos des processus de différenciation symbolique et matérielle. L’analyse montre que La distinction contient dix tensions épistémiques significatives, dont l’étude critique permet de comprendre les contradictions fondamentales qui se trouvent au cœur de la conception bourdieusienne de la « distinction sociale ».

Prices

Show Summary Details
Restricted access

II. Déterminisme versus volontarisme

Extract

La deuxième tension se trouvant au cœur de l’analyse bourdieusienne de la « distinction sociale » est celle opposant déterminisme et volontarisme. Cette tension – qui est étroitement liée à la précédente – découle du fait que, d’un côté, Bourdieu présente les acteurs comme des êtres largement inconscients, incapables de dévoiler les mécanismes sous-jacents par lesquels leurs pratiques sont déterminées, et, de l’autre, il considère les acteurs comme des êtres conscients, capables de prendre des décisions au travers desquelles ils parviennent à développer un sens de l’autonomie individuelle et collective. Par conséquent, nous nous trouvons confrontés à une tension qui concerne une question centrale dans la sociologie de l’action : Quel est le rapport entre les forces inconscientes et les forces conscientes dans la vie sociale ? La réponse bourdieusienne à cette question n’est pas moins paradoxale que la question elle-même. En examinant la construction des normes, des codes et des standards dans les champs culturels distingués, Bourdieu affirme ceci : La compétence du « connaisseur », maîtrise inconsciente des instruments d’appro- priation qui est le produit d’une lente familiarisation et qui fonde la familiarité avec les œuvres, est un « art », maîtrise pratique qui, comme un art de penser ou un art de vivre, ne peut se transmettre exclusivement par préceptes ou prescriptions et dont l’apprentissage suppose l’équivalent du contact prolongé entre le disciple et le maître dans un enseignement traditionnel, c’est-à-dire le contact r...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.