Show Less
Restricted access

L’entre-deux imaginaire

Corps et création interculturels

Series:

Mercedes Montoro Araque and Carmen Alberdi Urquizu

« Quel plus beau mot en français, mais si modeste […] que ce verbe-ci : ‘entre-tenir’. Tenir de l’entre, tenir par l’entre, avoir de l’entre en mains. L’entretien du monde […] Ou l’entretien par la parole : chacun ouvre sa position et la déplie – la découvre – vis-à-vis de l’autre et l’active par lui […] on se rend compte enfin que c’est de l’entre de l’entre-nous – celui de l’‘intersubjectivité’– qu’il vient de la consistance aux sujets ».
Cette belle réflexion du philosophe François Jullien (2012) a été le point de départ de l’ouvrage que vous avez entre vos mains. Par sa réponse riche, variée et pluridisciplinaire au questionnement de l’entre-deux en sciences humaines – majoritairement dans le domaine francophone – l’ouvrage envisage de faire un pas en avant vers « l’à travers », dans la compréhension et l’interaction avec l’autre.
Show Summary Details
Restricted access

Rafael Ruiz Álvarez: Le comédien face au personnage de Tartuffe aujourd’hui. Texte et corps dans l’entre-deux du langage scénique

Extract

| 73 →

RAFAEL RUIZ ÁLVAREZ

Le comédien face au personnage de Tartuffe aujourd’hui. Texte et corps dans l’entre-deux du langage scénique

Jouer Tartuffe aujourd’hui1

Il me semble pertinent de commencer cet article par une constatation : Tartuffe est la pièce la plus jouée à la Comédie Française, la maison de Molière. Et ce n’est pas seulement une question diachronique et quantitative, car elle l’est de nos jours, restant à l’affiche et se produisant sur différents tréteaux nationaux et internationaux. Alors cela dit, on peut se demander dans quelle mesure il est nécessaire de la jouer à nouveau. Pourquoi avons-nous eu en 2014 plusieurs versions de cette pièce2 ? Qu’y-a-t-il qui puisse encore attirer l’attention d’un metteur en scène, d’un acteur, ou du public de nos jours ? Nous nous intéresserons à répondre à ces questions dans les pages qui suivent, d’une part à partir de la notion de l’entre-deux qui met en contact le rôle du comédien prêtant son corps et sa voix à un texte se révélant par conséquent immortel et nécessaire encore aujourd’hui et, ← 73 | 74 → d’autre part, le processus d’appropriation de ce texte par le comédien lui-même et ensuite par le spectateur.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.