Show Less
Restricted access

Textures

Processus et événements dans la création poétique moderne et contemporaine

Series:

Edited By Jeff Barda and Daniel Finch-Race

Le présent volume vise à questionner la place qu’entretiennent les textures dans le champ de l’expérience esthétique. Dans une image, un texte, un mouvement quelque chose se trame, achoppe, râpe, se défait et se déforme ; une couleur, une tache, une ligne, un tracé, une rupture syntaxique, un bégaiement, un bruit, un gros plan ouvrent à de multiples bifurcations sensorielles. Ainsi quelles techniques d’inscription, de composition – de tissage – sont à l’œuvre en peinture, au cinéma, en musique, au théâtre, en vidéo, en performance et dans les lettres ? Comment les définir, les saisir, les approcher dans leur singularité ? Les articles ici rassemblés cherchent à décrire et rendre sensible la manière dont les textures forment-déforment-reconfigurent-réactualisent non seulement les objets dans lesquelles elles s’engagent, mais aussi nos manières d’être. Si la problématique des textures jouit d’une certaine actualité dans les domaines de la création et de la recherche, reste pour nous la nécessité de cartographier cette notion, et d’en proposer une constellation dans le ciel du présent.
Show Summary Details
Restricted access

Le Crachat de Stilitano : Le Visqueux dans Journal du voleur de Jean Genet et chez ses lecteurs

Extract

← 66 | 67 →MATT PHILLIPS

Les matières collantes, glissantes et visqueuses saturent l’œuvre de Genet : en ne lisant que Journal du voleur, le lecteur rencontre des crachats, de la bave, du vomi, de la diarrhée, de la Vaseline, du sperme, du savon, de la sueur, de la graisse de lion, de la boue, de l’huile, des algues et du vin de messe. À la lumière de cette viscosité généralisée, il n’est peut-être guère surprenant que son œuvre ait inspiré de longs textes de Jean-Paul Sartre et de Jacques Derrida. Les deux étaient des amis de Genet (bien qu’à des époques distinctes), et dans la philosophie de l’un autant que de l’autre, les enjeux de ce qui colle et de ce qui glisse sont d’une grande importance.

Ce sont des substances qui ne sont pas, d’une manière simple, texturées : on parle plus fréquemment de consistance pour ce type de matière. En effet, si l’on interroge l’étymologie de ‘texture’, l’on découvre qu’il provient de ‘texere’ en latin, qui veut dire ‘tisser’, ou bien ‘textura’ (‘structure’ ou ‘toile’). On va bientôt voir l’importance de cette dernière définition chez Genet, mais en ce qui concerne la ‘structure’, l’on pourrait dire que le visqueux est justement ce qui n’a pas de structure définie, voire définitive. D’un autre point de vue, la difficulté réside peut-être dans le fait que le visqueux est...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.