Show Less
Restricted access

Textures

Processus et événements dans la création poétique moderne et contemporaine

Series:

Edited By Jeff Barda and Daniel Finch-Race

Le présent volume vise à questionner la place qu’entretiennent les textures dans le champ de l’expérience esthétique. Dans une image, un texte, un mouvement quelque chose se trame, achoppe, râpe, se défait et se déforme ; une couleur, une tache, une ligne, un tracé, une rupture syntaxique, un bégaiement, un bruit, un gros plan ouvrent à de multiples bifurcations sensorielles. Ainsi quelles techniques d’inscription, de composition – de tissage – sont à l’œuvre en peinture, au cinéma, en musique, au théâtre, en vidéo, en performance et dans les lettres ? Comment les définir, les saisir, les approcher dans leur singularité ? Les articles ici rassemblés cherchent à décrire et rendre sensible la manière dont les textures forment-déforment-reconfigurent-réactualisent non seulement les objets dans lesquelles elles s’engagent, mais aussi nos manières d’être. Si la problématique des textures jouit d’une certaine actualité dans les domaines de la création et de la recherche, reste pour nous la nécessité de cartographier cette notion, et d’en proposer une constellation dans le ciel du présent.
Show Summary Details
Restricted access

La Poésie entre formes fixes et formes fluides : Textures insaisissables dans les vers français au dix-neuvième siècle

Extract

← 190 | 191 →DAVID EVANS

En 1882, Louis-Marie Quicherat, enseignant, érudit et auteur de nombreux dictionnaires et de manuels scolaires, ouvrit son Petit Traité de versification française par le constat suivant, d’apparence fort limpide :

Un vers est un assemblage de mots arrangés suivant certaines règles fixes et déterminées. Une composition écrite en vers appartient à la poésie, est un ouvrage de poésie, une œuvre poétique.1

Dix ans auparavant, Théodore de Banville, auteur de dix-sept recueils de poésie, d’une vingtaine de pièces de théâtre en vers, et de bon nombre de contes et nouvelles (ainsi que critique littéraire) dit plus ou moins la même chose dans les premières pages de son Petit Traité de poésie française : ‘Peut-il y avoir des poèmes en prose ? Non, il ne peut pas y en avoir’.2 Les efforts pour définir la poésie en France, pour identifier sa texture particulière (soit sur le plan du contenu soit sur celui de la forme), durent cependant se heurter pendant tout le dix-neuvième siècle à bien des obstacles en raison de l’évolution rapide et multiforme de cet art suite à la révolution hugolienne. Les révolutionnaires romantiques revendiquaient une liberté complète dans le choix des mots et des thèmes abordés dans la poésie, ainsi qu’une plus grande diversité de structures rythmiques au sein de l’alexandrin. À cette première ← 191...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.