Show Less
Restricted access

Le Mort et le vif

Clichés/néologismes

Series:

Walter Redfern

Ce livre est une édition française repensée et mise à jour de The Dead and the Quick: Cliches and Neologisms in the Written, Spoken and Visual Cultures of Britain, the United States and France (1989, 2e édition 2010).
Walter Redfern considère le langage comme alternativement réactionnaire et révolutionnaire. Les mots sont complices dans le cramponnement humain aux réalités périmées, et toutefois le langage ne cesse d’évoluer par des processus de déplacement et de remplacement. En sus de la nature apparemment statique des clichés, cette étude se concentre donc sur le potentiel dynamique des mots. La créativité linguistique est présentée comme essentielle dans la résistance à la réflexion (ou l’absence de réflexion) toute faite.
Parmi les nombreux sujets étroitement liés et qui sont analysés ici de près se trouvent : l’imitation, le plagiat, la rumeur, la pensée politiquement correcte, le jargon, l’euphémisme, la répétition, la caricature, les stéréotypes. L’auteur étudie aussi le cliché et le néologisme dans le secteur visuel (par exemple, le kitsch, et les néomorphismes des psychotiques).
Paradoxalement, le cliché est un riche sujet de discussion. Et qui refuserait de s’intéresser au langage rajeuni ? Quoique pleinement académique dans la minutie de sa recherche, ce livre n’est jamais solennel comme un hibou ni sec.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 16: Les Nouveaux Mots chez nous et à l’étranger

Extract

← 286 | 287 → CHAPITRE 16

Les Nouveaux Mots chez nous et à l’étranger

INNOVEZ !

— EZRA POUND1

Comme l’a dit Jules Vallès à propos d’un de ses nombreux néologismes exubérants : « S’il n’a pas d’avenir, au moins il n’a pas de passé. »2 Vallès forgeait des mots joyeusement afin d’étirer et de tirer sa langue (maternelle). L’invention verbale est un stage d’affirmation de soi (« Regardez ce que j’ai trouvé »), et de bricolage existentiel. Nous sommes quand même confus au sujet de la création de mots. Considérez le verbe anglais « to make up ». Il renferme au moins seize séries de références : invention, mensonge ; cosmétiques, faire la cour à quelqu’un ; réconciliation ; composition, construction, ajouter à un déficit ou le combler ; s’excuser, expier ; faire que quelque chose fasse, rattraper ; et ravi. (Sans doute Archimède a-t-il souri tout en s’écriant « Eurêka ! ») Les néologistes sont ravis de leurs inventions, qui sont les équivalents verbaux de l’engendrement d’enfants. Les néologistes sont néologènes, des néologtypes.3 Toutefois, au milieu de toute cette jouissance, il faut rappeler l’ambiguïté du phénomène tout entier. « inventer » et « forger » semblent impliquer que la facture et la contrefaçon sont attirées irrésistiblement l’une à l’autre, quoique « Monnaie » [« mint » : menthe, en anglais, aussi bien que Monnaie] garde sa parenté avec la fraîcheur de la nature. Dans son commentaire sur le 1984 d’Orwell, Burgess fait remarquer :

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.