Show Less
Restricted access

Lectures croisées

Essays by Alan Raitt

Series:

Edited By Francesco Manzini

This selection of essays by Alan Raitt provides a series of cross-readings of nineteenth-century French literary authors and texts. The collection revolves around Flaubert and Villiers de l’Isle-Adam, the two authors with whom Raitt is most associated, situating them and their principal works in relation to each other, as well as to Balzac, Nerval, Baudelaire, Mallarmé and Huysmans. In so doing, the collection shows the extent to which nineteenth-century French literary history appears both as a succession and as a simultaneity of literary styles and credos.
Show Summary Details
Restricted access

CHAPTER 11: Villiers de l’Isle-Adam histrion véridique de lui-même

Extract

| 165 →

CHAPTER 11

Villiers de l’Isle-Adam histrion véridique de lui-même

‘Villiers de l’Isle-Adam histrion véridique de lui-même’, je pense que vous avez tous reconnu là une citation de la célèbre conférence, qui vaut bien une oraison funèbre, que Stéphane Mallarmé a consacrée à son vieil ami et qui est, à coup sûr, non seulement le texte le plus riche et le plus pénétrant qu’on ait jamais écrit sur Villiers, mais aussi un des chefs-d’œuvre de Mallarmé, je dirais même de la prose française tout entière. Qu’il me soit permis de rappeler le contexte de ces mots. Mallarmé y parle de l’époque, au début des années 1860, quand Villiers fit sur la scène des lettres parisiennes une entrée éblouissante qui, selon Mallarmé, fut décisive pour tout le reste de sa vie. Il y est question de ‘l’apparition de jeunesse, à quoi il ne voulut jamais être inférieur, il le centuplait par son jeu, de douloureux sous-entendus; et signifiait pour ceux auxquels pas une inflexion de cette voix, et même le silence ne restait étranger: ‘J’avais raison, jadis, de me produire ainsi, dans l’exagération causée peut-être par l’agrandissement des yeux ordinaires, certes, d’un roi spirituel, ou de qui ne doit pas être; ne fût-ce que pour vous en donner l’idée? Histrion véridique, je le fus de moi-même...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.