Show Less
Restricted access

Être et avoir un corps

Corps quotidien, corps scénique

Series:

Nadia Foisil

Cette recherche théorico-empirique désarticule le corps et l’étudie dans ses dimensions anthropologique, anatomophysiologique, neuroscientifique, scénique. Le jeu est dans la comédie sociale et le comédien le transporte sur la scène. Les rôles dépendent de la structure de la société, de la place de l’acteur et de son individualité. Ils évoluent selon des facteurs extérieurs et intérieurs à l’humain. Certains acteurs s’approprient plus facilement leur rôle que d’autres, épousent gestuelle et discours de chaque classe, abandonnent un costume pour en revêtir un autre. Le théâtre est le domaine qui érige ce jeu des rôles en profession. Dès lors, l’interrogation sur la latitude du comédien à jouer requiert une contextualisation et appelle la question de l’inné et de l’acquis. L’humain joue-t-il d’emblée ou apprend-il à jouer ? Dans quelle mesure le corps est-il un instrument expressif théâtral et social?

Show Summary Details
Restricted access

Conclusion de la Premiere Partie

Extract



Ce morcellement du corps, auquel nous venons de nous livrer, vise à mettre en lumière diverses dimensions de la recherche sur le corps comme instrument scénique. Sur la dualité corps-esprit, certaines des approches scientifiques précitées tendent à démontrer qu’une avancée dans ces domaines recourt dans un sens comme dans l’autre (de la part des sciences sociales en regard des sciences de la nature et inversement) à un dépassement de ces dualités. Sur le plan paléoanthropologique, la recherche se réalise au prix de nombreuses heures de terrain et d’analyse, grâce aux progrès de la biologie, mais aussi grâce à l’observation comparative avec l’humain actuel dans ses activités motrices au cœur de son environnement. De la rivalité entre science et art, nous pouvons dire que l’expression artistique et sa compréhension s’enrichit par le concours de la science comme le montrent les passerelles, que nous avons décrites et construites. Et indubitablement, l’art contribue à l’élaboration de la science. Nous développerons cette question plus loin. Sur les éléments de transition entre les différentes approches scientifiques, abordées dans cette première partie, nous avons opté pour la construction d’une anthropologie du corps du comédien comme instrument, collectant sur chaque partie de ce corps (selon notre désarticulation) les éléments de théories nécessaires à l’appréhension du corps en tant qu’objet à la fois organique, social et artistique. Nous avons donné quelques-uns des fondamentaux qui...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.