Show Less
Restricted access

La langue française au Québec et ailleurs

Patrimoine linguistique, socioculture et modèles de référence

Series:

Wim Remysen and Nadine Vincent

Cet ouvrage rend hommage à Louis Mercier, linguiste et lexicographe qui a consacré sa carrière à décrire le français québécois et à démystifier l’idée d’une langue unique pour l’ensemble des francophones. Les contributions publiées ici s’articulent autour de trois thèmes qui ont été au cœur de ses travaux : la mise en valeur du patrimoine linguistique, la prise en compte de la socioculture dans la description de la langue et la réflexion sur les normes et modèles linguistiques servant de référence. Si la plupart des textes portent sur le français québécois, ils ne s’y limitent pas et permettent, en s’attardant à la langue telle que perçue, analysée et décrite dans une société spécifique, d’enrichir les savoirs et les regards sur le français dans l’ensemble de l’espace francophone.

Show Summary Details
Restricted access

Does the French-Canadian speak real French ? L’apport de la Société du parler français au Canada à la querelle sur le French Canadian Patois/Parisian French

Extract

← 18 | 19 →

Cristina BrancaglionUniversità degli Studi di Milano

Does the French-Canadian speak real French ?1 L’apport de la Société du parler français au Canada à la querelle sur le French Canadian Patois/Parisian French

1.  Introduction

Au début du XXe siècle, un groupe d’intellectuels de la ville de Québec crée une société savante vouée à introduire une approche scientifique dans l’étude du français parlé au Canada. À cette époque, la réflexion des Canadiens français sur leurs propres particularités linguistiques compte déjà une série de travaux lexicographiques d’orientation puriste et/ou descriptive (Poirier, 2008 ; Poirier et Saint-Yves, 2006), et nourrit les chroniques de langage des journaux francophones2. La création, en 1902, de la Société du parler français au Canada introduit cependant une perspective nouvelle, en valorisant le français canadien comme objet de recherche, en creusant davantage ses origines, en faisant mieux ressortir ses liens avec les parlers de France3. Ce renouveau, qui investit aussi la création littéraire4, ← 19 | 20 → marque une volonté de réaction, de la part de l’élite canadienne-française, vis-à-vis de la crise identitaire qui caractérise cette période, très défavorable pour les communautés francophones du Canada tant au niveau politique que sur les plans économique et social (Bouchard, 2002). La langue française telle qu’elle a cours au Canada, qui s’est progressivement chargée de valeurs n...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.