Show Less
Restricted access

La langue française au Québec et ailleurs

Patrimoine linguistique, socioculture et modèles de référence

Series:

Edited By Wim Remysen and Nadine Vincent

Cet ouvrage rend hommage à Louis Mercier, linguiste et lexicographe qui a consacré sa carrière à décrire le français québécois et à démystifier l’idée d’une langue unique pour l’ensemble des francophones. Les contributions publiées ici s’articulent autour de trois thèmes qui ont été au cœur de ses travaux : la mise en valeur du patrimoine linguistique, la prise en compte de la socioculture dans la description de la langue et la réflexion sur les normes et modèles linguistiques servant de référence. Si la plupart des textes portent sur le français québécois, ils ne s’y limitent pas et permettent, en s’attardant à la langue telle que perçue, analysée et décrite dans une société spécifique, d’enrichir les savoirs et les regards sur le français dans l’ensemble de l’espace francophone.

Show Summary Details
Restricted access

Koinéisation et standardisation en français québécois : le rôle des humoristes

Extract



Pour Louis Mercier,qui a vaillamment œuvré à la standardisationde notre vernaculaire

1.  Introduction

La présente contribution1 entend soumettre à une réflexion critique les concepts de koinéisation et de standardisation, très répandus en sociolinguistique historique mais dont les contours définitionnels restent assez flous. Dans une seconde étape, nous confronterons ces concepts à des données empiriques issues du monde francophone, plus précisément du français québécois, afin d’évaluer leur potentiel heuristique et de soulever certaines questions s’y rapportant, en particulier celle du rôle des humoristes (bottom-up ? top-down ?)2 dans les processus de nivellement dialectal.

2.  Partie théorique

2.1  Koinéisation, standardisation (et nivellement dialectal)

On pourrait croire que les concepts de koinéisation et de standardisation vont de soi et correspondent, à peu de chose près, aux mêmes définitions pour toute la communauté des sociolinguistes. Or, en lisant différents auteurs qui ont fait usage de ces termes, on se rend vite compte que chacun les interprète à sa manière. Avant même d’aborder les données empiriques qui feront l’objet d’une présentation dans la prochaine partie de cet article, il faut se pencher sur les différents emplois de ces deux termes que l’on peut relever dans la bibliographie sur le sujet. ← 305 | 306 →

Afin d’avoir un point de comparaison, nous proposons de partir des considérations d’Anthony Lodge sur la...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.