Show Less
Restricted access

Solidarité et Enseignement Catholique au Cameroun : L’implication des Parents

Approche Analytique et Enjeux Ethiques à la Lumière de l’Enseignement Social des Evêques du Cameroun de 1955 à 2005

Series:

Stanislas Jean Abena Ahogni

« ‹Wa mbòk wa kar ki bed a yob›, autrement dit, ‹on ne saurait grimper sur un arbre avec un seul bras› » (Sagesse Béti/Cameroun, pour exprimer la notion de solidarité).

Prenant comme point de départ l’hypothèse que la notion de solidarité dans l’enseignement social de l’Eglise catholique connaît un réseau d’influences et d’héritages historiques, philosophiques, sociologiques et éthiques ; cette étude se propose de montrer en premier lieu, l’évolution du concept de solidarité né en France au XIXème siècle jusqu’à son usage dans les textes du Magistère. Cette recherche s’emploie en second lieu à faire comprendre le rôle incontournable que joue la solidarité dans l’action menée par les Parents d’élèves de l’enseignement catholique au Cameroun. Et ce, en vue du relèvement de l’école chrétienne qui, face à la forte demande de scolarisation, a subi au cours des dernières décennies, les coups de la crise économique, des changements socio-politiques et parfois la mauvaise foi de certains hauts responsables…

Ce livre s’adresse d'abord aux Educateurs, aux Professionnels du système éducatif, aux Hommes politiques et aux Parents. Il s’adresse ensuite à tous ceux qui s’intéressent à la condition des Enseignants, aux problèmes de la qualité de l’éducation et de la formation de la jeunesse en Afrique noire en général et au Cameroun en particulier.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre I: La solidarité qu’est-ce à dire ?

Extract

← 30 | 31 →

Chapitre I:  La solidarité qu’est-ce à dire ?

I.  La solidarité : une pensée laïque à l’origine

A la lecture du titre ci-dessus, on comprend d’entrée de jeu que la solidarité s’enracine dans la pensée laïque ; une pensée née de la prise en compte de la question sociale au XIXe siècle en France13. Faisant suite à la révolution industrielle, le XIXe siècle français est marqué par des transformations profondes dans son évolution économique et sociale, alors que diverses approches théoriques sont au centre de réflexions politiques ou philosophiques. Celles-ci concernent surtout les tensions sociales nées des conditions d’existence des populations pauvres et ouvrières14 affectées par la révolution industrielle, vues comme une menace à l’ordre politique et à la paix sociale15 du pays. ← 31 | 32 →

Ces aspects intimement liés ont concouru à la définition de la « question sociale ». Celle-ci est, selon l’historien Jean-Marie MAYEUR, une expression regroupant « l’ensemble des problèmes induits par la révolution libérale et l’industrialisation »16. Posée ainsi, elle met donc l’accent sur les conséquences de l’injustice sociale et les misères résultant du système industriel au XIXe siècle. La question sociale désignant une crise relationnelle entre « capitalistes et classes laborieuses » de ce temps, concerne les questions de vie et de travail des ouvriers, ainsi qu’un changement de nature de la propriété, de l’urbanisation et de l’organisation du...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.