Show Less
Restricted access

Présences, résurgences et oublis du religieux dans les littératures française et québécoise

Series:

Edited By Gilles Dupuis, Klaus-Dieter Ertler and Alessandra Ferraro

Ce volume recueille des études d’œuvres québécoises et françaises considérées dans leur relation au fait religieux. À partir des écrits des jésuites et des moniales en Nouvelle-France, en passant par les modèles offerts par Molière et Chateaubriand, on suit le parcours, sinueux et parfois paradoxal, de l’autonomisation progressive du champ littéraire. Les analyses portent sur les stratégies d’affirmation, de contournement, d’oubli ou de détournement du religieux adoptées par des auteurs comme Réjean Ducharme, Anne Hébert, Michel Tournier ou Nelly Arcan. Cette perspective diachronique et transatlantique contribue à faire émerger les points de contact entre les œuvres, en créant un jeu de miroirs et de reflets fécond, dans lequel la relation au religieux s’impose comme un enjeu, parfois sous-jacent mais pourtant central, de la littérature contemporaine.

Show Summary Details
Restricted access

Récits auto/biographiques de religieuses dans la littérature de la Nouvelle-France (Marie de l’Incarnation et Catherine de Saint-Augustin) (Alessandra Ferraro)

Extract

| 31 →

Alessandra Ferraro

(Udine)

Récits auto/biographiques de religieuses dans la littérature de la Nouvelle-France (Marie de l’Incarnation et Catherine de Saint-Augustin)

Trafic des vies entre France et Nouvelle-France

L’étude de l’historienne américaine Nathalie Zemon Davies, qui se penchait sur les figures de la juive Glickl bas Judah Leib, de la catholique Marie de l’Incarnation et de la protestante Maria Sibylla Merian, considérées comme des témoins de la variété des horizons économique, religieux, intellectuel et mental de l’Europe du XVIIe siècle, a inauguré un nouveau tournant dans les études sur les fondatrices de la Nouvelle-France qui dépasse les frontières du Québec. À la même époque, un vaste courant d’études de genre se développe qui vise à relire l’œuvre des religieuses catholiques en Europe et dans le Nouveau Monde. Des analyses, par exemple, ont tiré de l’oubli, en les publiant, un bon nombre d’écrits de moniales d’Amérique du Sud qui écrivaient en portugais ou en espagnol1. Une entreprise analogue, marquée plus par une empreinte philologique dans un contexte catholique que par la perspective du gender, a fait connaître en France les textes des religieuses de Port-Royal, de Madame Guyon, mais également d’un certain nombre de mystiques mineures (comme, par exemple, Louise du Néant) qui ont « envahi », selon le mot de Brémond, le XVIIe siècle, mais qui ont vite disparu, et pour...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.