Show Less
Restricted access

Présences, résurgences et oublis du religieux dans les littératures française et québécoise

Series:

Gilles Dupuis, Klaus-Dieter Ertler and Alessandra Ferraro

Ce volume recueille des études d’œuvres québécoises et françaises considérées dans leur relation au fait religieux. À partir des écrits des jésuites et des moniales en Nouvelle-France, en passant par les modèles offerts par Molière et Chateaubriand, on suit le parcours, sinueux et parfois paradoxal, de l’autonomisation progressive du champ littéraire. Les analyses portent sur les stratégies d’affirmation, de contournement, d’oubli ou de détournement du religieux adoptées par des auteurs comme Réjean Ducharme, Anne Hébert, Michel Tournier ou Nelly Arcan. Cette perspective diachronique et transatlantique contribue à faire émerger les points de contact entre les œuvres, en créant un jeu de miroirs et de reflets fécond, dans lequel la relation au religieux s’impose comme un enjeu, parfois sous-jacent mais pourtant central, de la littérature contemporaine.

Show Summary Details
Restricted access

Figures de la judéité dans le roman québécois contemporain (Martine-Emmanuelle Lapointe)

Extract

| 203 →

Martine-Emmanuelle Lapointe

(Montréal)

Figures de la judéité dans le roman québécois contemporain

Si les relations entre Juifs et Québécois francophones ont longtemps semblé incertaines, voire quasi inexistantes, il en va de même du dialogue entre les deux cultures qui est demeuré plutôt superficiel jusqu’à tout récemment. Dans le domaine littéraire, certains passeurs, traducteurs, critiques ou chercheurs, ont tenté de faire dialoguer les deux cultures en réfléchissant sur leurs apports mutuels. Naïm Kattan notamment a fait paraître, dès les années 1960, des collectifs consacrés aux rapports entre Juifs et Canadiens sous l’égide du Cercle juif de langue française1. Vers la fin des années 1980, paraissent les études du traducteur Pierre Anctil, de l’essayiste et romancière Régine Robin, mais aussi du critique littéraire Pierre Nepveu2. Dans la foulée des travaux du groupe de recherche Montréal imaginaire, ce dernier organise le 2 mai 1990 le colloque « Montréal. L’invention juive ». La période contemporaine voit ce dialogue se prolonger de diverses manières : par l’entremise de l’étude de la littérature anglo-québécoise qui rassemble des auteurs importants de la tradition juive, de Klein à Cohen, en passant par Richler, par l’ouverture du champ à de nouveaux chercheurs qui se spécialisent dans l’étude de la littérature yiddish3, par les études traductologiques4. Plusieurs des travaux parus à ce...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.