Show Less
Restricted access

Les exilés polonais en France et la réorganisation pacifique de l'Europe (1940–1989)

Series:

Antoine Marès, Wojciech Prażuch and Inga Kawka

Cet ouvrage est une tentative de croiser les regards de chercheurs français et polonais sur la façon dont des membres de la diaspora polonaise en France – activistes politiques et syndicaux de toute obédience, intellectuels, hommes et femmes de lettres en exil – envisageaient, dans les années 1940–1989, la problématique européenne. Quelle place réservaient-ils à l'Europe centrale et médiane dans la future Europe unie qu'ils appelaient de leur vœux ? Par quels moyens cherchaient-ils à peser sur la politique des instances et des gouvernements occidentaux, à instaurer des liens privilégiés avec les sociétés derrière le rideau de fer ? Loin de se limiter à des questions à caractère purement politique, l'ouvrage tente de mesurer l'apport des exilés polonais à la pensée européenne.

Show Summary Details
Restricted access

Introduction

Extract



Le projet de recherche intitulé « L’apport des exilés polonais de France aux relations intereuropéennes et internationales, 1945–1989 » est le fruit de contacts anciens entre l’Université pédagogique de Cracovie et des établissements français parmi lesquels l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’Université de Cergy-Pontoise occupent une place privilégiée : la première du fait de la coopération avec le Centre de recherches sur l’histoire de l’Europe centrale contemporaine dirigé par Bernard Michel et depuis 2004 par Antoine Marès, qui coordonnait auparavant des projets sur l’Europe centrale au sein du Centre d’étude de l’Europe médiane aux Langues’O (INALCO), puis avec l’UMR IRICE (devenue SIRICE en 2016). Et la seconde du fait d’une rencontre heureuse avec l’équipe scientifique de Gérard Bossuat, également membre de l’UMR IRICE, qui s’occupait de l’histoire de l’intégration européenne. Au cours de ces échanges est apparu l’intérêt pour le rôle des exilés d’Europe centrale dans la construction européenne. De là, il n’y avait qu’un pas à franchir pour lancer un projet pluridisciplinaire déposé formellement par Józef Łaptos professeur à l’Université pédagogique, projet dont l’objectif était de comprendre la façon dont les exilés polonais en France – mais aussi ceux qui étaient en situation d’« exil intérieur » – envisageaient, d’une part, les relations internationales et interétatiques en Europe et, d’autre part, l’unité européenne sous toutes ses formes, en mettant l’accent sur la place de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.