Show Less
Restricted access

À la carte

Le roman québécois (2010–2015)

Edited By Gilles Dupuis and Klaus-Dieter Ertler

Le troisième volume de notre série « À la carte » propose de nouveau une radiographie du roman qui s'écrit actuellement en français au Québéc afin de capter le pouls de sa littérature au sein de l'espace francophone canadien, américain, voire européen. Quels sont les sujets, les rêves, les phantasmes traités par le roman québécois contemporain ? Quelles sont les formes privilégiées, ses styles de prédilection ? Quels défis pose-t-il à l'institution littéraire, critique et universitaire ? Comment s'inscrit-il dans le panorama culturel, en particulier au Québec et au Canada ? Quels vecteurs annonce-t-il au sein de la production romanesque pour les prochaines décennies ? Autant de questions auxquelles cet ouvrage prétend apporter quelques éléments de réponse, en suggérant des pistes de réflexion pour l'avenir de la recherche dans le secteur des lettres québécoises, de part et d'autre de l'Atlantique.

Show Summary Details
Restricted access

Solitudes parallèles (scènes de vies de province).La nuit des morts-vivants de François Blais (Krzysztof Jarosz)

Extract

← 28 | 29 →

Krzysztof Jarosz

Solitudes parallèles (scènes de vies de province). La nuit des morts-vivants de François Blais

La nuit des morts-vivants, titre du cinquième roman1 de François Blais, publié chez l’Instant même en 20112, suggère une histoire de zombies ou de vampires, alors qu’il s’agit en fait d’un récit sur des riens quotidiens. La fausse annonce du titre se désamorce lorsqu’on apprend qu’il ne s’agit que de deux personnages de noctambules, jeunes québécois vivant à Grand-Mère, en Mauricie.

Chacun d’eux écrit une chronique détaillée de son existence archi-plate. Lui, écrivant sous le pseudonyme de Pavel, travaille la nuit comme employé d’entretien de magasins à grande surface. Il assume la narration des chapitres impairs, du premier au vingt-unième, rédigés à la troisième personne afin d’éviter de commencer chaque phrase par un « je ». Pavel est le prénom de Datsuyk, un de ses joueurs de hockey préférés. Elle, ayant choisi comme nom de plume3 Molie, à cause des problèmes avec la ponctuation, a calqué son pseudonyme sur celui de la célèbre héroïne joycienne à la parole échevelée. Molie qui écrit à la première personne est l’auteure des chapitres pairs, du deuxième au vingt-deuxième qui termine le livre. Névrotique et incapable d’établir de nouvelles relations interpersonnelles, elle passe la plupart de ses nuits à errer à travers la ville....

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.