Show Less
Restricted access

La perception des normes textuelles, communicationnelles et linguistiques en écriture journalistique

Une contribution à l’étude de la conscience linguistique des professionnels des médias écrits québécois

Series:

Franz Meier

Cet ouvrage expose les conceptions de la langue et du texte que les professionnels des médias écrits québécois ressentent comme des normes – ou des obligations à suivre – en matière de rédaction d’articles. L’étude s’appuie sur une analyse de contenu d’un corpus d’entrevues et met en lumière la perception qu’ont ces professionnels de conventions langagières et rédactionnelles établies en écriture journalistique. L’étude fournit des données complémentaires aux travaux antérieurs qui, dans le contexte des médias écrits québécois, sont généralement consacrés à l’analyse des productions réelles et non aux impératifs langagiers qui les sous-tendent. Ce travail contribue donc à une meilleure compréhension des usages que font les journalistes de la langue.

Show Summary Details
Restricted access

2. Problématique et état de la question

Extract



Dans ce deuxième chapitre, nous ferons état de la problématique générale dans laquelle s’inscrit notre étude. Après avoir dressé un bref portrait de la dynamique des pratiques journalistiques actuelles en presse écrite québécoise, nous présenterons la situation sociolinguistique particulière du Québec dans laquelle évoluent les journalistes. Nous aborderons ensuite le double rôle que jouent les journaux en tant que modèle de référence en matière de langue dans la communauté québécoise. Finalement, nous situerons notre étude parmi l’ensemble des travaux portant tant sur la langue de la presse écrite québécoise que sur la conscience linguistique des professionnels des médias dans l’espace francophone, et ce, dans le but de circonscrire plus précisément l’apport de notre recherche.

2.1. Journalisme de communication

Depuis l’origine de la presse écrite québécoise à la fin du XVIIIe siècle,1 les pratiques journalistiques ont continuellement fait l’objet de transformations qui, à partir des années 1970 et 1980, ont mené à l’apparition de ce que Brin, Charron et de Bonville (2004 : 3) appellent journalisme de communication.2 Parmi les facteurs qui ont participé à l’établissement de ce nouveau type de journalisme, notons surtout l’innovation technique, à savoir le développement du matériel numérique et d’Internet, ainsi que l’ouverture et la libéralisation des marchés des médias, ce qui a contribué à la diversification de ces derniers et à une multiplication...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.