Show Less
Restricted access

Variation, plurilinguisme et évaluation en français langue étrangère

Series:

Edited By Laurent Gajo, Jean-Marc Luscher, Isabelle Racine and Francoise Zay

En articulant les questions de variation, de plurilinguisme, d’évaluation et d’authenticité, cet ouvrage nourrit des débats actuels en français langue étrangère (FLE) et en didactique des langues. Pour le FLE en particulier, l’enjeu consiste à envisager la langue en contexte et en contact, la francophonie se présentant comme un espace d’appropriation du français marqué par la variation et le plurilinguisme, qu’il s’agit de didactiser. Le processus de didactisation interpelle alors les modalités d’évaluation et, en amont, la constitution même du corpus à enseigner et son rapport avec une certaine authenticité. Cet ouvrage intéressera les linguistes, les didacticiens et les enseignants, qui y trouveront des éclairages théoriques originaux et des propositions innovantes pour le travail en classe.

Show Summary Details
Restricted access

Mariana Fonseca Favre: Contact, alternance et intégration des langues et des disciplines : considérations à partir de l’intercompréhension intégrée

Extract

Mariana Fonseca Favre

Contact, alternance et intégration des langues et des disciplines : considérations à partir de l’intercompréhension intégrée

Résumé : Dans cette contribution, nous nous proposons de réfléchir aux mécanismes clés de la didactique du plurilinguisme, à partir de l’étude d’une approche émergente dénommée intercompréhension intégrée. L’analyse fine d’interactions en classe avec comme support le premier manuel d’intercompréhension intégrée, Euro-mania (Escudé 2008), montrera que le travail à partir de différentes langues se fait, d’une certaine manière, dans diverses langues également. Contact et alternance de langues sont donc des mécanismes intimement liés. Nous verrons finalement que la didactisation du contact peut mener, selon l’approche considérée, à l’intégration des savoirs.

1. Introduction

L’apprentissage d’une L2 présuppose, par définition, la présence d’une L1 et donc une certaine forme de contact entre les langues qui composent le répertoire de l’apprenant. Ce contact, pour plus évident qu’il puisse paraitre en termes théoriques, a été souvent nié, voire banni, de certaines approches en didactique des langues1 sous prétexte qu’il était source de confusion. La conséquence d’une telle représentation a été la légitimation d’une seule et unique langue en classe : la langue cible.

Cette conception étanche de l’enseignement-apprentissage des langues est, depuis quelques années, remise en question. Différents éléments ont contribué à ce processus. Nous...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.