Show Less
Restricted access

Les facettes de l’interprétation multiple

Series:

Edited By Katarzyna Wołowska

La problématique de l’interprétation, entendue comme un processus dynamique de la lecture ou comme une réception créative de la production verbale de l’homme, intéresse depuis des décennies toute science concentrée sur la langue et la culture, surtout la linguistique et la recherche en littérature. Le présent ouvrage recueille des textes qui abordent la problématique éponyme sous des angles différents, employant des outils méthodologiques variés, propres aussi bien à la linguistique qu’à la recherche en littérature, à la didactique ou à l’analyse sémiotique au sens large. Cette panoplie d’approches témoigne de ce que le terme d’interprétation lui-même se laisse soumettre à une interprétation multiple – multiple au sens positif, impliquant une diversité d’acceptions créative.

Show Summary Details
Restricted access

Vincent Robert-Nicoud: L’interprétation multiple des énigmes au XVIe siècle : entre vice et marchandisation

L’interprétation multiple des énigmes au XVIe

siècle : entre vice et marchandisation

Extract

Vincent Robert-Nicoud

Résumé: Dans son Art Poétique François, Thomas Sébillet considère l’énigme comme un « allégorie obscure », un « vice d’oraison » visant à obscurcir une description en prose ou en vers. Bien que Sébillet juge l’énigme « inutile et superflu », ce genre littéraire fleurit du XVIe jusqu’au XVIIIe siècle. Parmi les premiers auteurs à s’essayer au genre de l’énigme, on trouve Melin de Saint-Gelais, François Rabelais, Bonaventure des Périers, Pontus de Tyard, Marguerite de Navarre, Barthélémy Aneau ou encore Charles Fontaine. Conçue comme un défi interprétatif lancé au lecteur afin de l’amuser ou de l’édifier, l’énigme se fonde sur un équilibre sémiotique précaire : trop claire, elle devient une simple allégorie ; trop obscure, elle reste incompréhensible. Sébillet relève un autre vice de composition : « faire une telle description qu’elle se puisse adapter à plus d’une chose. » Le problème de l’interprétation double se pose de manière particulièrement claire dans L’Enigme en prophétie de Mellin de Saint Gelais, reprise par François Rabelais à la fin du Gargantua. Pour Gargantua, cette description aux accents apocalyptiques désigne les tourments des huguenots. Pour Frère Jean, il s’agit d’une description du jeu de paume « soubz obscures parolles ». Plutôt que de tenter d’élucider l’énigme, se rangeant du côté de l’ambiguïté ou de l’un des deux personnages, la présente étude examine les éléments...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.