Show Less

La lecture comme pratique cognitive et devoir d’éveil

"Die Schlafwandler</I> de Hermann Broch- Métamorphose d’un genre et questionnements contemporains

Series:

Isabelle Gabolde

Ce travail se veut une contribution au questionnement critique de la modernité du roman. L’analyse minutieuse de l’exploration que Hermann Broch fait de l’art du roman avec sa trilogie, Die Schlafwandler, engage le lecteur à interroger plus largement la vocation de la forme romanesque lors de sa métamorphose au premier tiers du vingtième siècle. Le pouvoir d’élucidation dévolu par Broch à ce genre déborde le cadre esthétique. L’auteur y désarticule une conception traditionnelle du temps et offre une interprétation de la situation de l’homme comme sujet de l’histoire (non comme seul sujet agissant, mais comme sujet parlant et producteur de signes). Cette étude questionne, enfin, les liens entre la modernité des ambitions de Broch et les mouvements littéraires qui lui furent contemporains en France, avant de mettre son œuvre en regard des réflexions et de la pratique artistique de deux de ses lecteurs : Milan Kundera et Henry Bauchau.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

1. INTRODUCTION, 1

Extract

1 1. INTRODUCTION Que fut «!l’art moderne!», ce fascinant orage du premier tiers du XXe siècle!? Une révolte radicale contre l’esthétique du passé!; c’est évident, bien sûr, sauf que les passés n’étaient pas pareils. Anti-rationaliste, anti-classiciste, anti-réaliste, anti-naturaliste, l’art moderne en France prolongeait la grande rébellion lyrique de Baudelaire et de Rimbaud. Il a trouvé son expression privilégiée dans la peinture et, avant tout, dans la poésie, qui était son art élu. Le roman, par contre, était anathématisé (par les surréalistes notamment), considéré comme dépassé, définitivement enfermé dans sa forme conventionnelle. En Europe centrale, la situation était différente!; l’opposition à la tradition extatique, romantique, sentimentale, musicale, conduisait le modernisme de quelques génies, les plus originaux, vers l’art qui est la sphère privilégiée de l’analyse, de la lucidité, de l’ironie!: le roman. (Kundera, 2005, p. 64). Le travail qui suit se veut un questionnement sur la vocation de la forme romanesque dite «!moderne!», ce «!fascinant orage!» du premier tiers du vingtième siècle en Europe centrale, et sur les prolongements du bouleversement de ce genre, en France plus particulièrement. C’est à l’appui de l’exploration que fait Hermann Broch de l’art du roman en 1931 avec sa trilogie, Die Schlafwandler1, que nous chercherons à saisir l’impulsion, le défi qu’est ce désir d’une forme nouvelle. Notre étude nous conduira à interroger les liens entre les traits de modernité spécifiques de Broch...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.