Show Less

La lecture comme pratique cognitive et devoir d’éveil

"Die Schlafwandler</I> de Hermann Broch- Métamorphose d’un genre et questionnements contemporains

Series:

Isabelle Gabolde

Ce travail se veut une contribution au questionnement critique de la modernité du roman. L’analyse minutieuse de l’exploration que Hermann Broch fait de l’art du roman avec sa trilogie, Die Schlafwandler, engage le lecteur à interroger plus largement la vocation de la forme romanesque lors de sa métamorphose au premier tiers du vingtième siècle. Le pouvoir d’élucidation dévolu par Broch à ce genre déborde le cadre esthétique. L’auteur y désarticule une conception traditionnelle du temps et offre une interprétation de la situation de l’homme comme sujet de l’histoire (non comme seul sujet agissant, mais comme sujet parlant et producteur de signes). Cette étude questionne, enfin, les liens entre la modernité des ambitions de Broch et les mouvements littéraires qui lui furent contemporains en France, avant de mettre son œuvre en regard des réflexions et de la pratique artistique de deux de ses lecteurs : Milan Kundera et Henry Bauchau.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

7. PASSAGE DU SENSIBLE AU COGNITIF, 285

Extract

285 7. PASSAGE DU SENSIBLE AU COGNITIF I. CONSTELLATIONS DE MOTIFS, REVELATION DE SYMBOLES L’analyse des récurrences dans la trilogie a dévoilé, à partir de celui du récit de facture réaliste, un autre système de signes dont les rapports sont d’ordre poétique. Ce deuxième système de signes ne remplace pas le premier, il y répond à un autre niveau de sens, il en est le niveau symbolique, celui où l’irrationnel se meut sans heurts et où l’inconscient se laisse entendre. Le roman de Broch laisse progressivement entendre la pleine force de son style. Nous verrons ainsi, au cours de ce chapitre, les ponts que le texte de ce livre établit bien au-delà des trois époques du romantisme, de l’anarchie et du réalisme. La trilogie s’avère en effet elle-même lectrice et interprétatrice de textes qu’elle dissimule dans son récit. Les mises en discours des intertextes, les situations dans lesquelles nous déchiffrerons leurs occurrences, poseront la question de leur rôle, dans la dimension symbolique du roman comme dans son principe d’organisation. Nous tâcherons, enfin, d’approfondir la manière dont cet apport, tissé aux motifs déjà analysés, enrichit la dynamique du texte. 1. Derrière un signe!: l’infini ANALYSE DU DERNIER PAN D’UN TRIPTYQUE Le texte a donc nommé1 l’origine de la moue et du geste légèrement dédaigneux. Si cette grimace, qui a tant préoccupé les personnages de la trilogie, remonte...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.