Show Less

Justice, Droit et Justification

Perspectives transculturelles

Series:

Edited By Jacques Poulain, Hans Jörg Sandkühler and Fathi Triki

Ce volume est consacré à une interrogation sur la signification des notions de « justice », « droit » et « justification » et à leur corrélation et contextualité culturelles. Étant donné que dans le monde dans lequel nous vivons, droit et justice ne coïncident pas a priori, l’énoncé « le droit se base sur la justice » serait donc un énoncé descriptif erroné. Les notions de « justice », de « droit » et de « justification » sont des éléments et fonctions de théorie normative. Ni l’idée de droit – la justice – ni le droit positif ne peuvent se comprendre comme une objectivité ontiquement « donnée » par la nature, par la raison ou par l’histoire, une objectivité que les sujets de droit n’auraient qu’à reconnaître. Le savoir et les actions morales s’élaborent dans les contextes du pluralisme des cultures épistémiques et des pratiques sociales. Les normes de conduite dérivent d’une multitude de versions culturelles du monde dans les contextes desquelles les perceptions du bien, de la justice, de l’acte juste, de la reconnaissance et de la réconciliation se différencient également. Le volume développe ces questions dans un esprit critique et dans la perspective transculturelle du dialogue arabo-allemand de l’UNESCO, auquel participent des spécialistes de l’épistémologie, de la philosophie politique, de l’histoire de la philosophie et des religions, notamment de l’Islam.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Mounira Hachana Ben Mustapha Reconnaissance et justification 57

Extract

57 Mounira Hachana Ben Mustapha Reconnaissance et justification 1. Introduction Il s’agit dans cet essai de questionner le rapport complexe et ambigu entre deux concepts incontournables pour toute réflexion normative contemporaine, à savoir le concept de justification et celui de reconnaissance. La présente ré- flexion part donc d’un double souci : celui de forger les concepts et de remanier les évidences philosophiques ou extra-philosophiques, et celui d’opérer une cer- taine forme de critique en partant du paradoxe du justifiable et de l’injustifiable, de l’intrication, dans l’acte justificateur lui-même, d’une composante stratégique et instrumentale, qui contredit et falsifie du même coup la prétention à une justi- fication rationnelle, humaine et universelle. Les guerres et les violences qui ont marqué le vingtième siècle et qui conti- nuent à harceler des milliers de civils de par le monde, les génocides, le viol des consciences par le discours politique « pollué », la perte de la dignité humaine sous la forme d’un devenir-marchandise qui asservit les êtres humains en les réduisant à de simples rouages dans la machinerie infernale du profit ; tous ces phénomènes pathologiques invitent la réflexion axiologique contemporaine à méditer sur l’écart entre la théorie et la réalité, entre le donné et l’exigible. Cet écart est à coup sûr le lieu par excellence de la parole philosophique, qui refuse de capituler devant l’aléatoire ou devant ce qui prétend à une nécessité trom- peuse, qui s’attache à ce devoir assez ardu...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.