Show Less

Médiation et gestion des conflits

Essais sur les fins et les moyens pacifiques de sortie de crise

Series:

Edited By Cyrille B. Koné

Faut-il taire dans certaines situations les atteintes contre l’humanité pour se tourner vers l’avenir et recoudre le tissu social ? À quelles conditions le pardon et les lois d’amnistie peuvent-ils favoriser le resserrement des liens sociopolitiques ? À travers quelles procédures les communautés déchirées selon des fractures sanglantes peuvent-elles envisager de se réconcilier ou de redessiner une géographie de leur coexistence ? Ces questions requièrent à la fois de penser l’État au-delà de ses capacités immédiates à conférer et à pérenniser des droits, et de mener la puissance d’intelligibilité des concepts éthiques, juridiques, politiques, anthropologiques, économiques et philosophiques, hors des jeux connus du pardon et de l’impardonnable, vers de nouvelles compréhensions du don et de l’échange dans l’atypie des espaces démocratiques, des inventions linguistiques et dialogiques qui les favorisent, des processus de subjectivation inédits qui les accompagnent. L’ouvrage porte sur les types, les modalités, les enjeux et les fondements de la médiation comme sortie de crise ainsi que l’évolution et les apories auxquelles elle est exposée.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

PREMIERE PARTIE : PHILOSOPHIE, MÉDIATION ET SORTIE DE CRISE

Extract

PREMIÈRE PARTIE PHILOSOPHIE, MÉDIATION ET SORTIE DE CRISE CHAPITRE PREMIER PENSER LA SORTIE DE CRISE 35 Mahamadé Savadogo La notion de crise politique Le diagnostic de crise se retrouve fréquemment dans l’analyse des situations politiques aujourd’hui. Il faudrait même considérer que l’analyse politique a une prédilection pour les situations dites de crise. Cette propension, caractéristique de l’analyse politique, à travers les différentes sciences positives qui s’intéressent à la chose politique, ne menace t– elle pas, paradoxalement de rendre banal le diagnostic de crise en politique ? Au-delà de l’explosion de la violence qui s’impose à tous les observateurs, conviendrait-il d’admettre un autre indice de la crise en politique ? S’il est incontestable que l’explosion de la violence constitue un indiscutable signe de crise, n’est-elle pas cependant à tenir pour un effet plutôt qu’une cause ? À quoi reconnaît-on, en définitive, une crise en politique ? La réflexion qui s’esquisse voudrait se confronter à ces redoutables questions suggérées par le thème du présent colloque. Il ne semble pas particulièrement difficile de reconnaître les manifestations d’une crise politique, quand bien même il conviendrait d’admettre l’impossibilité de dégager des critères précis de définition de la notion, susceptibles de faire l’unanimité. Il n’est pas indispensable, heureusement, de commencer par donner une définition d’un phénomène avant de pouvoir en parler, contrairement à une habitude cultivée dans certaines formes de savoir. Une crise est un phénomène qui...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.