Show Less

La France et la puissance

Perspectives et stratégies de politique étrangère (1945-1995)

Series:

Franck Orban

Quelle relation la France entretient-elle avec sa puissance depuis 1945 ? Le sujet est ici abordé dans une double approche épistémologique. La première, théorique, souligne l’antagonisme entre les deux courants majeurs de la pensée politique, à savoir le réalisme et le libéralisme, et rappelle la nécessité de voir la notion de puissance en relation avec d’autres notions telles que le déclin et la décadence. La seconde, plus historique, analyse les stratégies mises en place par les chefs d’Etat et de gouvernement français pour préserver la puissance, en prévenir la perte ou bien en accroître l’étendue entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et l’aboutissement du deuxième septennat de François Mitterrand en 1995. Au delà de l’évaluation relative de telles stratégies, c’est avant tout la question de l’adéquation entre volonté affichée et moyens affectés dans un contexte donné qui reste au cœur du débat sur la puissance française.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Remerciements ix

Extract

ix REMERCIEMENTS Dans le cadre de cet ouvrage, mes remerciements les plus sincères vont tout d’abord à la Faculté des Lettres et au Département de littérature, de civilisation et des langues européennes de l’Université d’Oslo pour leur soutien à la réalisation et à la publication de cette thèse. Je suis également infiniment redevable envers les personnes suivantes : mon directeur de thèse M. Øyvind Østerud, professeur à l’Institut de sciences politiques de l’Université d’Oslo, pour sa direction éclairée et sa patience à mon égard ; M. Svein Erling Lorås, responsable des études de civilisation française au Département de littérature, de civilisation et des langues européennes de l’Université d’Oslo, pour ses remarques toujours pertinentes ; M. Christian Harbulot, directeur de l’Ecole de guerre économique (EGE) à Paris pour ses encouragements répétés ; M. André Nouschi, professeur honoraire à l’Université de Nice Sophia Antipolis, pour ses rappels à l’ordre judicieux, mais aussi Mme Joséphine Sconza et M. Fabrice Pasty pour la correction attentive des épreuves. Un grand merci enfin à M. Bertrand Vayssière, maître de conférences en histoire de l'Europe à l’Université de Toulouse Le Mirail et responsable de la revue Cahier d'histoire immédiate, ainsi qu’à M. Nouschi, pour leur contribution à cette étude. Oslo, mars 2011 Franck Orban

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.