Show Less

La France et la puissance

Perspectives et stratégies de politique étrangère (1945-1995)

Series:

Franck Orban

Quelle relation la France entretient-elle avec sa puissance depuis 1945 ? Le sujet est ici abordé dans une double approche épistémologique. La première, théorique, souligne l’antagonisme entre les deux courants majeurs de la pensée politique, à savoir le réalisme et le libéralisme, et rappelle la nécessité de voir la notion de puissance en relation avec d’autres notions telles que le déclin et la décadence. La seconde, plus historique, analyse les stratégies mises en place par les chefs d’Etat et de gouvernement français pour préserver la puissance, en prévenir la perte ou bien en accroître l’étendue entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et l’aboutissement du deuxième septennat de François Mitterrand en 1995. Au delà de l’évaluation relative de telles stratégies, c’est avant tout la question de l’adéquation entre volonté affichée et moyens affectés dans un contexte donné qui reste au cœur du débat sur la puissance française.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

SECONDE PARTIE :APPROCHE EMPIRIQUE DE LA PUISSANCE

Extract

171 CHAPITRE 4 RENOUER AVEC LA PUISSANCE ? DEFIS ET STRATEGIES (1945 - 1995) « Nous aimions trop notre gloire pour obéir jusqu’au bout aux implications de nos idées. Nous aimions trop nos idées pour les sacrifier à notre gloire. »463 Le sociologue Raymond Aron, qui conçoit le système international comme étant avant tout interétatique, rappelle que la Nation, en tant qu’idéal d’unité politique, revêt trois caractéristiques. La première est de garantir la participation de tous les gouvernés à l’Etat grâce à la conscription et au suffrage universel. La seconde est de permettre la convergence entre le vouloir politique et une communauté de culture. Enfin, la Nation requiert la totale indépendance de l’Etat national envers l’extérieur. La pertinence de ces caractéristiques permet à Aron d’affirmer qu’ « une nation est toujours le résultat de l’histoire, une œuvre des siècles. Elle naît à travers les épreuves, à partir des sentiments éprouvés par les hommes mais non sans action de la force, force d’une unité politique qui détruit les unités préexistantes, ou force de l’Etat qui met au pas les régions ou les provinces ».464 La France, « collectivité des Français, unis depuis des siècles par un Etat, tour à tour dynastique et démocratique, et dans un vouloir commun », nourrit une relation complexe par rapport à l’idée de puissance, dont la manifestation la plus intense est indubitablement incarnée par la formule célèbre de Charles...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.