Show Less

Éthique communicationnelle de la palabre africaine

Series:

Ignace Bisewo Pesa

La communication est d’une relevance incontournable dans chaque société. Et dans les sociétés « traditionnelles » africaines, la palabre est non seulement une forme originale de communication mais aussi et surtout une institution, un processus discursif et interactif porteur promoteur de vie. Elle régit la vie en société, règle les différends et demeure un instrument restaurateur d’harmonie, de paix et d’équilibre entre les différents pôles de la société. De ce fait, elle reste d’actualité et est un lieu riche d’analyse, d’interprétation et de compréhension du mode communicationnel de l’Afrique « traditionnelle ». Dans cette approche théorique de la communication et de l’éthique discursive du contexte africain «traditionnel», il sied de montrer que le dialogue palabrique est un processus d’intercompréhension et un comportement social basé sur les principes discursifs d’argumentation, de responsabilité, d’intercompréhension, de respect des normes communicationnelles de justice, d’égalité, de vérité, de sincérité et de liberté, etc. Dans ce sens, le dialogue palabrique est aussi un carrefour où les valeurs communicationnelles chrétiennes telles que la participation, la solidarité, la subsidiarité, la paix, la justice, le pardon, le respect de l’autre et de la parole, la tolérance, le sens de l’écoute, etc. – valeurs interactives essentielles pour toute forme de communication aussi bien dans la tradition africaine, dans la société moderne que dans l’Église – rencontrent la culture africaine.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

INTRODUCTION GENERALE

Extract

1. Motivation et objectif du travail 1.1 Situation générale Le continent africain est depuis des années en ébullition. Outre la crise issue des indépendances, ce continent est devenu le théâtre des coups d’état et des pou- voirs dictatoriaux, avec pour conséquences: la dégradation politique, écono- mique et sociale dans sa majeure partie; des guerres entredéchirant des popula- tions, dont certaines vivaient pourtant jadis ensemble ou avaient des liens privi- légiés. Toutefois, le vent démocratique de 1990, provoqué par l’effondrement du Bloc Soviétique et la fin de la Guerre froide, ne va pas épargner l’Afrique: dans beaucoup de pays surgira le phénomène des conférences nationales souveraines, dont l’ampleur, non seulement ne laissera personne indifférent, mais sera aussi porteuse d’espoir. En effet, pour les peuples d’Afrique, surtout ceux qui avaient longtemps vécu sous des dictatures, le moment était enfin venu de recouvrer leur souveraineté, et dans leur dynamique, ces forums sont vite devenus des lieux d’application du principe de souveraineté populaire, qui veut que tout pouvoir étatique émane du peuple et dont la théorie de l’interaction discursive reste la clé d’interprétation. En clair, il n’y a de souveraineté populaire que dans une argumentation pra- tique entre citoyens d’un Etat1. Dans ces forums, les représentants du peuple ou des différentes couches sociales ont respectivement et interactivement cherché à discuter ensemble de la situation globale de leurs pays, à négocier pour aboutir à un...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.