Show Less

Éthique communicationnelle de la palabre africaine

Series:

Ignace Bisewo Pesa

La communication est d’une relevance incontournable dans chaque société. Et dans les sociétés « traditionnelles » africaines, la palabre est non seulement une forme originale de communication mais aussi et surtout une institution, un processus discursif et interactif porteur promoteur de vie. Elle régit la vie en société, règle les différends et demeure un instrument restaurateur d’harmonie, de paix et d’équilibre entre les différents pôles de la société. De ce fait, elle reste d’actualité et est un lieu riche d’analyse, d’interprétation et de compréhension du mode communicationnel de l’Afrique « traditionnelle ». Dans cette approche théorique de la communication et de l’éthique discursive du contexte africain «traditionnel», il sied de montrer que le dialogue palabrique est un processus d’intercompréhension et un comportement social basé sur les principes discursifs d’argumentation, de responsabilité, d’intercompréhension, de respect des normes communicationnelles de justice, d’égalité, de vérité, de sincérité et de liberté, etc. Dans ce sens, le dialogue palabrique est aussi un carrefour où les valeurs communicationnelles chrétiennes telles que la participation, la solidarité, la subsidiarité, la paix, la justice, le pardon, le respect de l’autre et de la parole, la tolérance, le sens de l’écoute, etc. – valeurs interactives essentielles pour toute forme de communication aussi bien dans la tradition africaine, dans la société moderne que dans l’Église – rencontrent la culture africaine.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

ANNEXES

Extract

1. Déclaration politique commune des participants sur le retrait des troupes étrangères à Gaborone (le 24 août 2001) «I. Déclaration politique commune des participants sur le retrait des troupes étrangères Nous, Chefs de délégation du gouvernement de la République Démocratique du Congo, de l'opposition armée, de l'opposition politique, des forces vives et délégués dûment mandatés par nos mouvements, partis politiques et associations respectifs: Conscients de notre respon- sabilité devant le peuple congolais et devant l'histoire; Prenant en compte la volonté maintes fois exprimée par le peuple congolais et par le conseil de Sécurité des Nations Unies, de voir toutes les troupes étrangères quitter le territoire du Congo; Nous appuyant sur les résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité et particulièrement ses résolutions numéros 1304, 1341 et 1335; Convaincus que le processus de paix consacré par l'Accord de Lusaka entre dans une phase irréversible, grâce aux travaux préparatoires de Gaborone; Persuadés que seul un pro- cessus de réconciliation nationale, réalisé sans pression étrangère, est susceptible d'apporter une solution durable à la grave crise qui secoue le Congo; Ayant une nouvelle fois évalué le plan de retrait et de désengagement des troupes étrangères, adopté le 22 février 2001 par les belligérants et déplorant le retard délibéré que prend son exécution; Réunis à Gaborone pour le démarrage...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.