Show Less

Good Dragons are Rare

An Inquiry into Literary Dragons East and West

Series:

Edited By Fanfan Chen and Thomas Honegger

Dragons are a universal phenomenon and have fascinated humans since the dawn of time. Yet whereas we have numerous studies into the origins of these fantastic creatures, there have been very few attempts at discussing their appearance, function and development within literary texts. The eighteen essays collected in this volume (8 in French, 6 in German and 4 in English) – written by an international cast of scholars – try to fill this gap by looking at dragons in literature East and West, contemporary and past.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Les dragons dans la littérature médiévale européenne: Le dragon, persona non grata 61

Extract

Les dragons dans la littérature médiévale européenne : Le dragon, persona non grata 1 Elisa Laurence Cousteix Résumé Étudiant la distinction habituelle entre les mauvais dragons d’Occident et les bons dragons d’Orient, cette communication se propose d’envisager l’influence potentielle de la naissance du héros dans son acception moderne dans les écrits médiévaux occidentaux. Les qualificatifs sont nombreux qui font du dragon une créature malfaisante. C’est entre autres le cas dans Beowulf, la Chanson des Nibelungen ou encore le Tristan et Iseut d’Eilhart. Et pourtant, ces dragons ne présentent spontanément aucun signe de méchanceté. Ce qui les distingue au contraire de façon systématique, c’est leur fonction de gardien de trésor, 2 ainsi qu’ils l’étaient dans les textes plus anciens. Alors comment expliquer une telle évolution du personnage du dragon, si ce n’est, en partie au moins, du fait de la naissance du héros épique, au service duquel la logique narrative se plie complètement, n’hésitant pas à modifier et modeler son entourage pour installer une nature héroïque sans faille aucune. Introduction Certes les qualificatifs sont nombreux qui témoignent de la nature vile du dragon lorsque le héros combat contre lui. Le dragon qui fait face à Beowulf 3 est «traître» et ses attaques «meurtrières» comme celui du Tristan et Iseut d’Eilhart von Oberg qui, dans un combat singulier, brûle à vif la monture de Tristan et dont la langue empoisonn...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.