Show Less

Geschlechter-F(r)iktionen – F(r)ictions des genres

Geschlechterphantasien im literarischen Diskurs- Fantasmes des genres dans le discours littéraire

Series:

Gislinde Seybert

Der Band kann als fragmentarische Vergleichende Literatur- und Kulturgeschichte vom 18. bis zum 20. Jahrhundert rezipiert werden. Der erste Teil enthält Aufsätze zu den vieldeutigen Narrativen von George Sand und Donatien-Alphonse-François de Sade mit der ästhetischen Verwandlung der geschlechterspezifischen und realgesellschaftlichen Ungerechtigkeiten ihrer Zeit. Der zweite Teil vertieft die interpretative Analyse der literarischen Bearbeitung von geschlechterspezifischer Ungleichheit, Gewalt und Machtmißbrauch in Aufsätzen zu Casanova, zur Romantik und zur paradoxen Schreibsituation von Schriftstellerinnen wie Yourcenar, Nin, Triolet und Beauvoir bis zu den intellektuell-fantastischen Exzessen von Nothomb.
Ce livre peut être regardé comme les fragments d’une histoire littéraire comparée du 18 e au 20 e siècle. La première partie contient des articles sur les romans et les textes autobiographiques de George Sand et les romans philosophiques de Donatien-Alphonse-François de Sade qui transposent les injustices et la violence sexuée de leurs époques en préfigurant la modernité. La deuxième partie analyse l’inégalité sociale, et les abus du pouvoir dans l’autobiographie de Casanova. Les romantiques Ludwig Tieck et E.T.A. Hoffmann présentent des réalités parallèles. Les articles sur les femmes-écrivains Yourcenar, Nin, Triolet et Beauvoir accentuent la situation paradoxe de la femme qui écrit.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Introduction

Extract

Le choix d’articles réunis sous le titre F(r)ictions des genres présente des fragments d’une histoire littéraire comparèe publiés pendant une vie d’enseignement et de re- cherche en littérature. La première partie, Fictions des genres rapproche le désir du texte romanesque de George Sand à la violence fantasmée par Sade dans ses romans philosophiques, rap- prochement qu’un critique littéraire a fait déjà au moment de la publication de »Lélia« avec l’intention diffamatoire. George Sand se tire de cette intention en révélant l’Etat comme fondé sur la violence implicite – conception des institutions découvrant leur potentiel de violence en cas de décision et d’urgence. Cette conception est partagée par Sade et Robespierre jusqu’à Carl Schmitt au 20e siècle. Le père représentant la famille dispose du privilège de la violence, si nécessaire, avec le plus grand impact envers la jeune fille, victime préférée dans les romans de Sade. A l’époque de George Sand, le père décide de la destinée de la femme en dernière instance, cette destinée comprenant le choix ou bien du mariage ou du couvent. Dans ses romans George Sand réagit contre les abus du pouvoir, qui est exercé d’une manière provocatoire envers les mineurs et les classes défavorisées dans les textes de Sade. Dans ses récits, elle dévoile les misères des jeunes...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.