Show Less

Frankreich-Deutschland: Transkulturelle Perspektiven- France-Allemagne: Perspectives transculturelles

Literatur, Kunst und Gesellschaft. Festschrift für Karl Heinz Götze- Littérature, arts, société. Mélanges en l’honneur de Karl Heinz Götze-

Edited By Wolfgang Fink, Ingrid Haag and Katja Wimmer

Frankreich-Deutschland/Deutschland-Frankreich: Vorbild, Trugbild, Wunschbild, Spiegelbild? Karl Heinz Götze, dem diese Festschrift gewidmet ist, erkundet diese Frage in seiner Forschung immer wieder, unter den verschiedensten Blickwinkeln, in den verschiedensten Bereichen. Von eben dieser Vielfalt der Erscheinungsformen deutsch-französischen Kulturtransfers zeugen die hier publizierten Beiträge deutscher und französischer Forscher. Sie präsentieren transkulturelle Streifzüge vom 17. Jahrhundert bis in die Gegenwart, in denen die unterschiedlichsten Aspekte der beiden Kulturen in ihren Wechselbeziehungen untersucht werden. Die Vielfalt der Perspektiven reicht von der Literatur und der Geschichte, der Ideengeschichte und der Linguistik, über die Malerei und den Film bis hin zur Esskultur.
France-Allemagne/Allemagne-France : modèle, mirage, miroir ? Karl Heinz Götze, à qui sont dédiés ces mélanges, explore sans relâche cette question dans ses recherches, à partir de différents points de vue et dans les domaines les plus variés. Ce volume, composé de contributions de chercheurs allemands et français, se veut à l’image de cette diversité due aux multiples facettes des transferts culturels franco-allemands. Il présente des explorations transculturelles du XVIIe siècle à nos jours, qui éclairent les aspects les plus divers des relations entre les deux cultures. L’éventail des perspectives s’étend de la littérature à la culture culinaire, en passant par l’histoire, l’histoire des idées, la linguistique, la peinture et le film.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

XXe siècle

Extract

211 Paris entre mythe, mode et réalité. L’expérience de Paula Modersohn-Becker et de Meret Oppenheim Susanne Böhmisch Aix-Marseille Université Pendant le premier tiers du XXe siècle, un séjour à Paris était incontournable pour tout esprit se réclamant de la modernité. Pour de nombreuses femmes ar- tistes des pays germaniques, il offrait non seulement la possibilité d’une forma- tion artistique mais avait aussi une valeur émancipatrice. Tandis que les Ecoles des Beaux-Arts en Allemagne n’ouvrirent leurs portes au deuxième sexe qu’en 1919, celles de Paris accueillaient les femmes depuis 1897 – fruit d’un combat mené, entre autres, par l’Union des femmes peintres et sculpteurs. En amont, il y avait eu les Ecoles privées dont les plus renommées l’Académie Julian, fondée en 1868, et l’Académie Colarossi, fondée en 1870 autorisaient les femmes à suivre des études de nu, signe d’une modernité encore impensable dans la société allemande contemporaine.1 Mais l’émancipation avait aussi ses limites, et le gain de liberté ses revers de la médaille. Notre contribution se propose d’analyser le rôle joué par Paris dans le parcours biographique et artistique de deux artistes, à deux époques différentes: Paula Modersohn-Becker (1876-1907) qui effectua quatre séjours à Paris (1900, 1903, 1905 et 1906), et Meret Oppenheim (1913- 1985) dont le premier séjour à Paris (1932-1937) coïncida avec la renommée intellectuelle et artistique du quartier Saint Germain. Comment pouvons-nous comprendre et commenter la liberté ressentie et revendiquée par...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.