Show Less

Europe – Canada

Transcultural Perspectives- Perspectives transculturelles

Series:

Klaus-Dieter Ertler, Martin Löschnigg and Yvonne Völkl

As a result of its colonial past, Canadian culture has been shaped by French, British and other European influences; since the second half of the twentieth century, however, large-scale immigration from Asia, Africa, the Caribbean, Latin America and the Middle East, as well as economic and cultural globalization and the recognition of the cultural significance of the country’s First Nations have transformed Canadian society, and this transformation has affected the European dimension of Canada’s cultural heritage, too. The publication addresses the role of this dimension in the collective consciousness of contemporary Canada and the complexities of Canadian-European political and cultural relations at the beginning of the twenty-first century.
En raison de son passé colonial, la culture canadienne a été façonnée par des influences françaises et britanniques ainsi que par d’autres cultures européennes. Cependant, à partir de la deuxième moitié du 20 e siècle, l’immigration importante de l’Asie, de l’Afrique, des Caraïbes, de l’Amérique latine et du Proche-Orient, la globalisation économique et culturelle ainsi que la reconnaissance officielle des Premières Nations ont transformé la société canadienne. Cette transformation a également eu des conséquences sur la dimension européenne de l’héritage culturel du Canada. Le livre aborde le rôle de cette dimension dans la conscience collective du Canada contemporain et la complexité des relations politiques et culturelles entre l’Europe et le Canada au début du 21 e siècle.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Petr Kyloušek: Littérature québécoise – littérature nationale ou communautaire ? Quelles perspectives?

Extract

Littérature québécoise – littérature nationale ou communautaire ? Quelles perspectives ? Petr Kyloušek (Brno, Tchéquie) Les termes de littérature ou de culture nationales sont, certes, communément acceptés. La création d’une culture nationale fut aussi le but déclaré des élites canadiennes-françaises et québécoises dans le long cheminement qui a vu une transformation progressive du discours national hégémonique où la position conservatrice d’un Camille Roy (Roy 1904, 1905) a fini par céder aux idées li- bérales d’un Robert Charbonneau (Charbonneau 1947) lesquelles, à leur tour, ont été relayées par l’inspiration de gauche des intellectuels durant la Révolution tranquille. Cependant peut-on parler d’une littérature nationale dans le cas du Québec ? Ne s’agit-il pas plutôt d’une littérature « communautaire » dont les traits, différents de ceux des littératures nationales européennes, ménagent des solutions susceptibles d’assurer la vitalité et la spécificité québécoises parmi les littératures qui s’écrivent en français ? Car il n’est pas sûr que le contenu du concept de culture et de littérature nationales, tout en voulant copier la situation européenne, notamment française, y corresponde. En se référant à la terminologie de l’anthropologue Victor W. Turner, Mi- chel Biron (Biron 2000) caractérise la société québécoise comme une « com- munitas »1, dont la structuration des valeurs sociales et culturelles reste en deçà de la hiérarchisation forte...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.