Show Less

Esthétiques de la distinction : «gender» et mauvais genres en littérature de jeunesse

Series:

Edited By Philippe Clermont, Laurent Bazin and Danièle Henky

Les théories de la littérature se sont volontiers approprié les problématiques de la distinction. On s’intéressera à deux d’entre elles s’illustrant dans le domaine de la littérature de jeunesse. Dans le premier cas la question de la différenciation sexuelle s’incarne dans le corps du récit dont elle devient le sujet explicite ou latent (renvoyant aux gender studies) ; dans le second c’est la possibilité plus générale de la classification des récits qui devient l’objet de l’analyse (introduisant une critique générique par les « mauvais genres »). L’objet du présent volume est de s’inscrire en porte-à-faux avec des catalogages encore trop prégnants pour ne pas être remis en cause. On verra comment des fictions pour enfants et adolescent-e-s peuvent à la fois mettre en scène des moments particuliers de la construction d’une identité de genre (sexuel ou rhétorique) et la transgresser en explorant des modalités nouvelles de partition (sociale et/ou esthétique). Ce sera aussi l’occasion de tisser des correspondances d’une partie à l’autre du volume : comment, par exemple, filles et garçons fréquentent les genres littéraires, ou encore comment la question des identités peut être représentée dans les récits d’un « mauvais genre » littéraire tel que le roman sentimental ou le récit d’aventures.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Partie 1: « Gender studies » en littérature de jeunesse

Extract

Avant propos Il faut attendre 1850 pour que la production littéraire d’ouvrages destinés à la jeunesse, en France, se ramifie avec la distinction entre enfants et adolescents, entre filles et garçons. Le début du XXe siècle promeut de nouveaux idéaux pédagogiques. Les psychologues et philosophes modernes souhaitent, dans les années 20 notamment, réformer l’école du passé en substituant à la formation des élites, une école démocratique intégrée à la vie moderne. Il n’empêche qu’une petite fille est d’abord considérée comme une épouse et une mère en puissance, et un garçon, le futur soutien de famille – celui aussi qui peut à tout moment être appelé pour combattre au service de la défense de sa patrie. De ce fait, filles et garçons sont représentés selon ces stéréotypes ancestraux dans la plupart des ouvrages didactiques ou ludiques destinés aux jeunes lecteurs quel que soit leur niveau socioculturel, au moins jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Des avan- cées plus marquées risqueraient de remettre en question le modèle familial pa- triarcal que beaucoup de Républicains n’ont pas encore abandonné de nos jours. Après les événements de mai 68, en France mais aussi dans d’autres pays d’Europe comme l’Allemagne, l’Italie et la Grande-Bretagne, ce sont essentiel- lement les mouvements féministes s’interrogeant sur la place de la femme dans l’ordre social, politique, économique et culturel qui vont amener à reconsid...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.