Show Less

Téo Spychalski

Dépassement scénique du littéraire

Series:

Renata Jakubczuk

Issu du groupe polonais qui avait initié au Théâtre Laboratoire une réflexion sur la nostalgie toujours renouvelée des sources du théâtre, participant à une expérience nouvelle dont il avait été l’un des supports, Téo Spychalski s’est frayé par la suite un chemin original. En 1982, il se joint au Groupe de la Veillée à Montréal et devient son directeur et principal metteur en scène. Son travail scénique s’est développé à partir d’un postulat esthétique qui oppose « scénique » et « littéraire ». D’une adaptation à l’autre émerge une nouvelle compréhension du littéraire, mais toujours basée sur l’intensité de la présence de l’acteur sur scène. En s’inscrivant dans différentes perspectives critiques, cette étude se propose de présenter l’originalité de la création artistique de Téo Spychalski.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Première partie : Évolution de la technique de travail de l’acteur et de l’art scénique

Extract

Première partie : Évolution de la technique de travail de l’acteur et de l’art scénique 17 Chapitre I Zbigniew Téo Spychalski « on the long and winding road »1 Le théâtre, c’est le lieu de l’action et de la rencontre de trois élé- ments : le passif (spectateur), l’actif (comédien) et l’historique. Cette triade ne devrait faire qu’un et exister dans le présent. Téo Spychalski 1. Au Théâtre Laboratoire En entreprenant les études en lettres polonaises (philologie polonaise) à l’Uni- versité Nicolas Copernic à Toruń, en 1962, Zbigniew Téo Spychalski2 s’intéresse à la littérature, lit certains classiques polonais, mais aussi les œuvres de la litté- rature universelle. C’est pendant cette première période des études supérieures qu’il découvre les écrivains qui l’impressionnent, laissent une trace durable dans sa mémoire et créent sa sensibilité artistique, comme les textes de Rainer Ma- ria Rilke, Fiodor Dostoïevski, Blaise Cendrars, Albert Camus, ou autres. Mais beaucoup de textes ne sont pas encore traduits en polonais, donc seulement plus tard, après avoir appris la langue française, il peut connaître Günter Wilhelm Grass, Knut Hamsun, Louis-Férdinand Céline, Herman Melville ou même Léon Trotski. Certaines de ces œuvres murissent en lui pendant de longues années 1 « On the Long and Winding Road, Teo Spychalski talks to Grzegorz Ziółkowski », trans. by Justyna Drobnik-Rogers, [dans] Voices from Within: Grotowski’s Polish Collaborators, ed. by Paul Allain & Grzegorz...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.