Show Less

Téo Spychalski

Dépassement scénique du littéraire

Series:

Renata Jakubczuk

Issu du groupe polonais qui avait initié au Théâtre Laboratoire une réflexion sur la nostalgie toujours renouvelée des sources du théâtre, participant à une expérience nouvelle dont il avait été l’un des supports, Téo Spychalski s’est frayé par la suite un chemin original. En 1982, il se joint au Groupe de la Veillée à Montréal et devient son directeur et principal metteur en scène. Son travail scénique s’est développé à partir d’un postulat esthétique qui oppose « scénique » et « littéraire ». D’une adaptation à l’autre émerge une nouvelle compréhension du littéraire, mais toujours basée sur l’intensité de la présence de l’acteur sur scène. En s’inscrivant dans différentes perspectives critiques, cette étude se propose de présenter l’originalité de la création artistique de Téo Spychalski.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Pour ne pas conclure…

Extract

C’est un lieu de parole, de pensée, d’exploration de la lettre, de l’âme de l’histoire, à une époque où tous ces lieux sont reniés et repoussés. Le théâtre reste un lieu où l’on apprend, où l’on essaie de comprendre, où l’on est touché, où l’on rencontre l’autre – où on est l’autre. Ariane Mnouchkine Comment écrire une conclusion pour une activité qui est toujours ouverte ? L’histoire de Téo Spychalski au Groupe de la Veillée n’est pas terminée. Tout au contraire, c’est une histoire qui s’écrit tous les jours. La compagnie propose de nouvelles créations théâtrales, cherche de nouvelles initiatives artistiques, de nouveaux textes de dramaturges contemporains. Même si Téo Spychalski a cédé la direction du Groupe de la Veillée et du théâtre Prospero à Carmen Jolin, il reste metteur en scène et conseiller artistique du Groupe. Quarante ans d’histoire de La Veillée, dont plus de trente avec Téo Spychalski, ont permis à la compagnie de gagner une place importante parmi d’autres théâtres montréalais et de se distinguer par une offre originale : « Au théâtre Prospero, les décors sont rarement descriptifs. Des praticables, des marches, des escaliers, une table, quelques chaises servent d’appuis. Il y a là un environnement extérieur marqué par une grande simplicité qui laisse le champ libre au jeu tout en inte- riorité de l’acteur. Les mises en scène font appel aux dimensions fantastiques, fantasmatiques et poétiques...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.