Show Less

Les réseaux du fer

Information, renseignement économique et sidérurgie luxembourgeoise entre France, Belgique et Allemagne 1911–1940

Series:

Gérald Arboit

Quel est le rôle de l’information dans l’activité économique ? Question fondamentale à la base de l’intelligence économique, elle est trop souvent négligée par les opérateurs. Elle guida les choix d’Emile Mayrisch à chaque étape de l’histoire de l’Arbed. Depuis la création de cette entreprise sidérurgique (1911) jusqu’à son avènement comme une industrie mondiale, dans l’entre-deux-guerres, ces choix stratégiques fondés sur l’information ont également eu des conséquences sur la structure économique luxembourgeoise. Ces mutations attirèrent l’attention de la Belgique et de la France, vainqueurs (1918) d’une Allemagne qui ne comprit jamais le Luxembourg. Si la dynamique de Mayrisch ne s’émoussa pas après sa disparition, ses successeurs furent moins habiles à manier l’information.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 8 Au service de l’expansion

Extract

L’organisation économique en réseau, qu’il fut social ou d’entreprise, répondait à une stratégie plus globale L’exemple de la Société générale de Belgique en montra clairement différentes facettes D’une part, dans une logique externe, cette organisation noua un ensemble d’alliances qui lui permit de couvrir le marché belge, devenu le pilier central de solidarité en cas de crise Dans les années 1870, les entreprises concernées furent essentiellement bancaires  ; un demi-siècle plus tard, elles furent sidérurgiques Dans les deux cas, il s’agis- sait pourtant d’assurer la centralité de la banque dans le pays, comme en té- moignèrent à diverses époques ses ramifications politiques D’autre part, d’un point de vue interne, le réseau permit à l’information de circuler afin de mieux préparer le marché à l’action de l’entreprise par des opérations commerciales (banques patronnées), industrielles (Ucometal, Cosibel) ou financières (Co- palux) Les réseaux diplomatiques français et belges dans le Grand-Duché ne visèrent pas autre chose quand ils instrumentalisèrent les anciens combattants employés dans l’industrie et le commerce du pays1 pour le seul profit de leur centralité politico-économique De même, Emile Mayrisch n’eut d’autre objet que de servir les intérêts de l’« Etat Arbed » en agitant ses réseaux Pour déterminante qu’elle fut, l’action de ces hommes, chefs d’entreprise, diplomates ou législateurs, ne fut cependant pas la plus importante dans cette évolution En effet, comme toujours, elle fut avant...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.