Show Less

Être et avoir un corps

Corps quotidien, corps scénique

Series:

Nadia Foisil

Cette recherche théorico-empirique désarticule le corps et l’étudie dans ses dimensions anthropologique, anatomophysiologique, neuroscientifique, scénique. Le jeu est dans la comédie sociale et le comédien le transporte sur la scène. Les rôles dépendent de la structure de la société, de la place de l’acteur et de son individualité. Ils évoluent selon des facteurs extérieurs et intérieurs à l’humain. Certains acteurs s’approprient plus facilement leur rôle que d’autres, épousent gestuelle et discours de chaque classe, abandonnent un costume pour en revêtir un autre. Le théâtre est le domaine qui érige ce jeu des rôles en profession. Dès lors, l’interrogation sur la latitude du comédien à jouer requiert une contextualisation et appelle la question de l’inné et de l’acquis. L’humain joue-t-il d’emblée ou apprend-il à jouer ? Dans quelle mesure le corps est-il un instrument expressif théâtral et social?

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 1 : Le Pied

Extract

51 Chapitre 1 : Le Pied L’humain traverse le monde sur ses pieds. Qu’il ait le pas assuré ou hésitant, il construit son histoire en avançant vers l’avenir. Le chemin qu’il trace et la teneur qu’il donne à ce pas se nourrissent d’une matière à la fois organique, so- ciologique et philosophique. Par son pied, il contacte le sol et le marque d’une trace historique et éphémère. À la fois fragile et solide, le pied maintient l’hu- main dans un mouvement d’équilibre-déséquilibre entre l’avant et l’après, dans un processus permanent de transformation sur lequel repose l’édifice corporel. Dans ce mouvement perpétuel, le comédien arrive sur la scène avec un corps portant une histoire personnelle, elle-même fragment d’une histoire sociale. La bipédie est un des critères essentiels d’humanité et si le pied a joué un rôle mo- teur dans l’avancée de l’humain vers sa condition actuelle, la motricité se décline culturellement et individuellement. À chaque pas, l’humain apprend à marcher. Mécanique et perception sensorielle se mêlent, contribuant à l’appréhension d’un monde pluridimensionnel. Organe de perception et d’expression sociale, le pied soutient l’humain debout et l’oriente dans sa recherche. Mettant son pied à nu, le scrutant et en usant, le comédien poursuit cette quête sur la scène. Anthropologie Un marcheur bipède L’humain debout dispose d’un pied délivré de toute fonction préhensive au bénéfice d’une motricité, qui lui est propre. Que...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.