Show Less
Restricted access

Colonisation et décolonisation dans les cultures historiques et les politiques de mémoire nationales en Europe

Modules pour l’enseignement de l’histoire

Edited By Uta Fenske, Daniel Groth, Klaus-Michael Guse and Bärbel P. Kuhn

Cet ouvrage offre aux élèves et aux professeurs une nouvelle façon de comprendre dans quelle mesure la colonisation et la décolonisation font partie intégrante d’un passé européen commun et contient un matériel d’enseignement propre à être utilisé dans les cours d’histoire. Les diverses contributions sont les résultats du projet de l’UE CoDec, auquel ont collaboré des partenaires d’Allemagne, d’Autriche, de Belgique, d’Estonie, de Grande-Bretagne, de Pologne et de Suisse. Les divers modules traitent des passés coloniaux, des processus de décolonisation et des politiques de mémoire dans différents pays européens selon une perspective comparative et transnationale. Ils présentent de nombreuses sources nouvelles ainsi que des propositions concrètes pour un enseignement moderne de l’histoire en Europe.
Show Summary Details
Restricted access

Les immigrants suisses au Brésil au XIXe siècle : Des enchevêtrements ambivalents avec des structures d’esclavage

Extract

Philipp Marti et Bernhard C. Schär

Les immigrants suisses au Brésil au XIXe siècle : Des enchevêtrements ambivalents avec des structures d’esclavage

Introduction au module

Comme ce fut généralement le cas pour la plupart des pays d’Amérique latine, le Brésil n’était plus, au XIXe siècle, une colonie européenne dans le sens officiel du terme. Il obtint l’indépendance vis-à-vis du Portugal en 1822. Toutefois, comme le destin du pays resta entre les mains de dirigeants d’ascendance portugaise et que l’économie du Brésil continua à être dépendante des esclaves africains jusque dans les années 1880, les structures et la culture coloniales continuaient de façonner l’histoire brésilienne.1

La Suisse du XIXe siècle a connu une industrialisation et une expansion économique rapides. Les marchands et manufacturiers suisses importaient de la soie, du coton et d’autres matières premières des colonies d’Asie ainsi que des nouveaux pays des Amériques. Ils exportaient des textiles travaillés, mais aussi des montres ou du fromage, dans les marchés d’outre-mer en expansion. Ainsi, vers 1845, environ 50 % des biens exportés par la Suisse partaient en direction des Amériques et 15 à 20 % en direction de l’Asie.2 Ce développement économique assurait à la Suisse un accroissement de richesse et le maintien du pouvoir politique d’une bourgeoisie hétérogène. Mais il accentua également les inégalités...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.