Show Less
Restricted access

Colonisation et décolonisation dans les cultures historiques et les politiques de mémoire nationales en Europe

Modules pour l’enseignement de l’histoire

Edited By Uta Fenske, Daniel Groth, Klaus-Michael Guse and Bärbel P. Kuhn

Cet ouvrage offre aux élèves et aux professeurs une nouvelle façon de comprendre dans quelle mesure la colonisation et la décolonisation font partie intégrante d’un passé européen commun et contient un matériel d’enseignement propre à être utilisé dans les cours d’histoire. Les diverses contributions sont les résultats du projet de l’UE CoDec, auquel ont collaboré des partenaires d’Allemagne, d’Autriche, de Belgique, d’Estonie, de Grande-Bretagne, de Pologne et de Suisse. Les divers modules traitent des passés coloniaux, des processus de décolonisation et des politiques de mémoire dans différents pays européens selon une perspective comparative et transnationale. Ils présentent de nombreuses sources nouvelles ainsi que des propositions concrètes pour un enseignement moderne de l’histoire en Europe.
Show Summary Details
Restricted access

La représentation du Premier Ministre congolais Patrice Lumumba et son discours du 30 juin 1960 (jour de l’indépendance congolaise) : Source de controverses

Extract

Karel Van Nieuwenhuyse et Idesbald Goddeeris

La représentation du Premier Ministre congolais Patrice Lumumba et son discours du 30 juin 1960 (jour de l’indépendance congolaise) : Source de controverses

Introduction au module

30 juin 1960 : Le Congo belge devient la République du Congo indépendante. La souveraineté est remise lors d’une cérémonie officielle à Léopoldville, maintenant Kinshasa. Les hommes politiques congolais et belges sont présents, ainsi que les ambassadeurs de nombreux pays. Le roi des Belges Baudouin prononce un discours paternaliste dans lequel il fait référence au génie de Léopold II qu’il décrit comme un « civilisateur ». Baudouin demande aux Congolais de chérir l’héritage belge. De façon inattendue et sans que cela soit convenu, le Premier Ministre congolais, Patrice Lumumba, prononce également un discours. Celui-ci peut être interprété comme une réponse directe à Baudouin : les mots utilisés par Lumumba sont à l’opposé de ceux prononcés par Baudouin. Lumumba est très critique vis-à-vis du système colonial qu’il décrit comme un esclavage.

Il est manifeste que les deux acteurs invoquent le passé, chacun de façon spécifique, chacun en vue de modeler une mémoire collective spécifique de la période coloniale. Alors que Baudouin veut fixer une représentation positive de la domination léopoldienne et belge afin que la Belgique fasse bonne impression sur la scène internationale, Lumumba a pour objectif...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.