Show Less
Restricted access

Petit dictionnaire de liturgie et de théologie sacramentaire

Ngalula Tumba

Ce dictionnaire est non seulement un outil de travail, mais aussi un véritable vade mecum pour tous ceux qui étudient et ceux qui enseignent la liturgie et la théologie des sacrements, pour les agents pastoraux et pour toute personne soucieuse de creuser et de se ressourcer davantage dans ces domaines.
L’homme rend culte à Dieu, particulièrement dans la tradition catholique, à travers différentes prières et célébrations liturgiques. Ces célébrations sont garnies des signes, symboles, couleurs, images, paroles, rites, etc., dont le sens est parfois non seulement obnubilé, mais aussi et surtout obombré soit par une répréhension drastique et une ignorance tragique, soit par une appréhension magique, ce qui crée une confusion tant chaotique que cabalistique. Ce dictionnaire rassemble plus de 600 entrées dispatchées et enchevêtrées entre mots, concepts et expressions accompagnés de leurs étymologies et de diverses nuances historico-théologiques.
Show Summary Details
Restricted access

E

Extract



Eau (n.f.) : symbole double : d’une part la mort (naufrage, déluge), et de l’autre la vie, la purification et la sanctification. Les diverses ablutions et aspersions des rites religieux ont d’abord une portée « négative », c’est-à-dire qu’elles libèrent des fautes ou des souillures qui rendent impropre à la célébration de la liturgie (cf. Ez 36, 25) : l’eau rituelle noie les impuretés. Principe de vie, l’eau est aussi le symbole de la naissance et/ou de la renaissance : elle est vivificatrice (Ez 47, 1–12 ; cf. Ap 22, 1–2). Voir baptême. Quand elle est fécondée par l’Esprit (cf. Gn 1,2), l’eau ne se distingue pas de lui : elle devient son symbole privilégié. Elle reçoit cette consécration lors du baptême de Jésus dans le Jourdain, devenant cette « eau vive » qui est le « Don de Dieu », c’est-à-dire l’Esprit (Jn 4, 10), seul capable de « jaillir en vie éternelle », lui qui est au cœur de la vie trinitaire (Jn 4, 14 ; voir Baptême de Jésus). Les « fleuves d’eau vive » ne seront libérés qu’au moment de la « glorification » du Christ sur la croix (Jn 7, 37–39), à cette Heure où Jésus, ayant remis l’Esprit (Jn 19, 30), laisse sourdre de son Cœur transpercé le sang et l’eau, symboles vivificateurs des sacrements qui agissent par la force de l’Esprit (Jn 19, 34 ; cf. 1 Jn 5, 6–8). Plongés par le...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.