Show Less
Restricted access

Perspectives pragmatiques sur le discours littéraire

Mihaela Chapelan

L’ouvrage examine la manière dont les études littéraires ont su tirer profit de l’élaboration des concepts fondamentaux de la pragmatique. Tout en envisageant le phénomène littéraire comme un dispositif communicationnel, l’auteure insiste sur ses particularités et met en évidence les remodelages successifs subis par des notions comme : le contexte littéraire, les actes de langages fictionnels, la référence etc. L’auteure accorde une attention particulière à l’identité des protagonistes fondamentaux de la communication littéraire, à savoir le couple formé par l’énonciateur et l’énonciataire.
La deuxième partie du livre se propose de mettre la théorie à l’épreuve des textes et offre des modèles d’approche pragmatique d’œuvres littéraires diverses, appartenant surtout à l’espace culturel français et francophone contemporain.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre I : Qu’est-ce que la pragmatique?

Extract

← 2 | 3 →

Chapitre I :  Qu’est-ce que la pragmatique?

La question Qu’est-ce que la pragmatique? peut paraître simple et conventionnelle à un prime abord, mais en réalité elle s’avère très complexe, car la réponse balaye implicitement presque tout le champ de la pragmatique. Tandis que l’approche linguistique morphosyntaxique et celle sémantique se sont constituées depuis longtemps en disciplines rigoureuses, ayant un objet d’étude bien déterminé, la pragmatique, malgré ses succès incontestables, est une discipline qui se cherche encore et dont les frontières restent parfois floues.

Des controverses théoriques multiples touchent à son statut, à sa cohérence, voire à son existence comme discipline autonome. En effet, si certains théoriciens la considèrent trop hétérogène pour constituer une discipline rigoureuse, car son objet d’étude serait, selon l’expression de Françoise Armengaud1, un « fourre tout » où l’on introduit toute sorte de problèmes linguistiques qui n’ont pu encore être traités en syntaxe ou en sémantique, d’autres (F. Jacques, F. Hallyn) la conçoivent comme une discipline forte, qui devient intégrante. Alors que la pragmatique est chronologiquement la dernière-née des disciplines sémiotiques, ses thèses ne cessent de refluer sur celles d’autres disciplines constituées plus tôt. Et il est vrai qu’aujourd’hui est devenu inconcevable qu’on traite de phénomènes langagiers traditionnellement pris en compte par la syntaxe ou la sémantique sans qu’on leur ajoute la...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.