Show Less
Restricted access

Téo Spychalski

Dépassement scénique du littéraire

Series:

Renata Jakubczuk

Issu du groupe polonais qui avait initié au Théâtre Laboratoire une réflexion sur la nostalgie toujours renouvelée des sources du théâtre, participant à une expérience nouvelle dont il avait été l’un des supports, Téo Spychalski s’est frayé par la suite un chemin original. En 1982, il se joint au Groupe de la Veillée à Montréal et devient son directeur et principal metteur en scène. Son travail scénique s’est développé à partir d’un postulat esthétique qui oppose « scénique » et « littéraire ». D’une adaptation à l’autre émerge une nouvelle compréhension du littéraire, mais toujours basée sur l’intensité de la présence de l’acteur sur scène. En s’inscrivant dans différentes perspectives critiques, cette étude se propose de présenter l’originalité de la création artistique de Téo Spychalski.
Show Summary Details
Restricted access

Introduction

Extract



Le théâtre est l’espace où l’être humain s’éprouve comme un atome du cosmos, comme une minute du Temps, comme une question dans le multimillénaire dialogue des hommes avec les Dieux, comme un des milliards de « pourquoi » lancés depuis le mystère de la question parlante en direction du Mystère sans forme, de la Cause sans corps.

Hélène Cixous1

L’étude que nous entreprenons et dont le plan détaillé suggère l’étendue et les limites, nécessite quelques observations préliminaires. Le titre lui-même ne saurait se passer de commentaire. Le Groupe de la Veillée est une compagnie de théâtre, créée à Montréal au début des années 1970 par un petit groupe de passionnés de l’art de Melpomène, avec Gabriel Arcand à sa tête. En 1982, Téo Spychalski se joint à eux et devient directeur artistique, puis directeur artistique et général et principal metteur en scène. L’appellation « théâtre Prospero » est apparue seulement en 1999 et désigne le bâtiment dans lequel travaille Le Groupe de la Veillée : c’est aussi un lieu d’accueil pour d’autres compagnies qui viennent y présenter leurs spectacles2.

Il est d’usage de donner dans l’introduction des explications au sujet des buts et de la portée de l’ouvrage proposé, d’en exposer l’état des recherches et les perspectives afin d’éviter au départ tout...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.