Show Less
Restricted access

Le défi de la forme dans les nouvelles de Pierre Mertens

Une esthétique du genre narratif et une herméneutique existentielle

Series:

Julie Hahn

Cette thèse a pour objet l’étude des recueils de nouvelles de Pierre Mertens, écrivain belge, dont l’œuvre s’inscrit dans la littérature-monde en français. Dans l’hypothèse avancée, il s’agit de démontrer que, bien que l’intrigue s’estompe, de multiples réalités sont représentées. Celles-ci se rattachent à l’originel et à la vie au 20 e siècle, les fragments rassemblés reconstruisent le monde et visent sa totalité. Les domaines de la poétique de la nouvelle et une distinction narratologique (dits et non-dits) forment la charpente de la table des matières, les philosophies de l’existence soutiennent l’herméneutique existentielle. La découverte des structures complémentaires et des contenus témoignent du dialogue étroit entre les nouvelles qui sont à l’image de la valise à double fond.
Show Summary Details
Restricted access

II. Existence et essence : les lieux communs : les « dits »

Extract



Les recueils exploitent de nombreuses stratégies narratologiques, la catégorie relative aux fonctions que peut occuper le narrateur nous intéresse précisément dans cette partie. En guise de remarque liminaire se rapportant au mode et à la voix1010, nous pouvons déjà affirmer que les phrases choisies sont caractérisées par la perspective du narrateur absent comme personnage de l’action, en référence à Genette, nous retenons deux cas de figure : « L’auteur analyste ou omniscient raconte l’histoire » ou « l’auteur raconte l’histoire de l’extérieur »1011. Quant aux pronoms utilisés, nous constatons la récurrence du « on » et des formules impersonnelles, par ailleurs, la focalisation dominante est celle appelée « zéro ». Si les textes mettent le plus souvent la polyvalence du narrateur en lumière, l’analyse se base maintenant sur celle appelée « idéologique »1012 : ces interventions du narrateur (-auteur) guident l’interprétation du lecteur, elles possèdent une valeur herméneutique qui s’ouvre sur un savoir entamant le plus souvent les grandes catégories de la philosophie, les concepts et courants philosophiques. Ces formules égalent entre autres des maximes et, à ce propos, nous pouvons envisager ces formules comme propositions qui, en référence à Emmanuel Kant, se soumettent à l’universalisation :

« Ensuite, et la remarque est plus nouvelle, il existe des maximes qui passent avec succès l’épreuve de l’universalisation […] supporter l’insulte sans en tirer vengeance, résister à la tentation de se suicider par dégoût de la vie, ne...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.