Show Less
Restricted access

Le défi de la forme dans les nouvelles de Pierre Mertens

Une esthétique du genre narratif et une herméneutique existentielle

Series:

Julie Hahn

Cette thèse a pour objet l’étude des recueils de nouvelles de Pierre Mertens, écrivain belge, dont l’œuvre s’inscrit dans la littérature-monde en français. Dans l’hypothèse avancée, il s’agit de démontrer que, bien que l’intrigue s’estompe, de multiples réalités sont représentées. Celles-ci se rattachent à l’originel et à la vie au 20 e siècle, les fragments rassemblés reconstruisent le monde et visent sa totalité. Les domaines de la poétique de la nouvelle et une distinction narratologique (dits et non-dits) forment la charpente de la table des matières, les philosophies de l’existence soutiennent l’herméneutique existentielle. La découverte des structures complémentaires et des contenus témoignent du dialogue étroit entre les nouvelles qui sont à l’image de la valise à double fond.
Show Summary Details
Restricted access

Conclusion

Extract



Nous retournons à la case de départ, sur le concept de la littérature-monde, en particulier sur l’une des idées capitales qu’il renferme, le voyage, un mot clé à valeur conclusive. Polysémique, le voyage est manifeste à divers niveaux de l’analyse de textes entreprise dans les recueils de nouvelles. Nous avons, en rapport à cette même idée, définit le monde habité par l’écrivain et montré de quelle manière il l’habite. « Dire le monde », une expression caractéristique d’une littérature-monde qui évoque simultanément la liberté d’écriture et la fonction sociale et morale qui lui est inhérente. Une multitude de représentations illustrent ce monde et balisent les voyages du narrateur, dans sa fonction idéologique, et des protagonistes, marginaux et exilés dont un bout d’histoire est représenté, où l’histoire est affiliée à l’Histoire, à l’image du rapport entre microcosme et macrocosme.

Ces recueils ont lancé le défi de la forme, les questions esthétiques posées dans l’étude de la nouvelle nous ont fait découvrir une composition marquée par la multiplicité au point qu’une classification s’avère difficile et hasardeuse. Néanmoins, nous avons proposé une répartition des textes, quoique modifiable, en nous appuyant sur les catégories proposées par la théorie de la nouvelle au 20e siècle : la nouvelle métaphorique, la nouvelle monodique, la nouvelle-instant et l’anti-nouvelle. De même, nous avons considéré l’influence de courants traditionnels...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.