Show Less
Restricted access

Grammaire des couleurs

Series:

Cécilia Bernez

Cet ouvrage propose une analyse inédite du lexique chromatique : le mot de couleur y est analysé systématiquement dans une perspective syntactico-sémantique ainsi que constructionnelle. Premièrement, l’étude se focalise sur la place d’unités comme rouge au sein du lexique en les comparant aux noms de qualité auxquels ils sont à tort assimilés, puis aux autres termes chromatiques, noms ( couleur, nuance …) et verbes ( colorer, nuancer …). La seconde partie définit les unités chromatiques issues d’opérations de construction : la conversion ( framboise), la composition ( rouge opéra, vert Véronèse) et l’assemblage syntaxiforme ( bleu de Prusse, rouge tyrien). Un nom étant toujours intégré, la relation entre propriété chromatique et référent (nom commun, nom propre) est au centre de la description.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre III – Le Lexique Verbal

Extract



Dans l’optique que nous avons adoptée stipulant que les termes du lexique d’un même champs lexical s’organise relationnellement les uns par rapport aux autres, suite à la description de l’organisation des noms chromatiques, nous allons nous tourner vers le domaine verbal et décrire les verbes qui désignent un procès dénotant une modification de la couleur d’un objet (nous appellerons désormais ces verbes les verbes chromatiques). Nous voulons montrer que de même que couleur, le verbe dérivé colorer est l’unité dont le sens est le plus général, autrement dit le verbe ayant le sens le moins contraint.

Nous avons 4 verbes qui forment deux paires d’unités proches phonétiquement : colorier/colorer et teindre/teinter ainsi que les désadjectivaux comme blanchir, bleuir, jaunir, noircir, rosir, rougir et verdir. Nous évoquerons également nuancer et analyserons si la relation d’hyponymie entre nuance et couleur se retrouve dans le lexique verbal entre nuancer et colorer.

Dans la perspective sémantique que nous adoptons, les paires se composent différemment : d’un côté colorer/teinter et de l’autre colorier/teindre119. Nuancer se rapprocherait du premier groupe. Cette première division, que nous opérons intuitivement en tenant essentiellement compte du contenu sémantique des verbes, trouvent corrélativement toute sa légitimité au regard du côté syntaxique. En nous basant sur les hypothèses de Levin & Rappaport120, qui stipulent que le sens d’une unité se reflète dans sa distribution...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.