Show Less
Restricted access

Le romanesque dans les «Lettres» de Madame de Sévigné

Series:

Monika Kulesza

Cette étude de la Correspondance de Madame de Sévigné est fondée sur plusieurs significations du terme « romanesque ». Les lettres de la marquise ne sont pas un roman mais elles présentent de multiples traits « romanesques » qui permettent une lecture particulière du chef-d’œuvre épistolaire. L’art du récit, les thèmes, le style, les références variées au monde des romans et la présence de cet univers dans la vie de la marquise et de son milieu constituent les axes de l’analyse. Le but de cette étude est de montrer l’omniprésence du « romanesque » dans le champ culturel de l’époque et son influence sur les esprits et les œuvres littéraires.
Show Summary Details
Restricted access

Premiere Partie: Le Roman De La Vi

Extract

← 12 | 13 → PREMIERE PARTIELE ROMAN DE LA VIE

I. 1. Le romanesque en tant que code du milieu mondain

Pour saisir l’esprit de l’époque, il convient de quitter la cour royale et retrouver les mondains dans leurs réduits12. C’est dans les salons parisiens qu’hommes et femmes réunis s’adonnaient à la conversation, aux jeux galants, aux polémiques intellectuelles, aux discussions littéraires, à la création artistique et surtout au plaisir d’être ensemble. Quand on dit « salon littéraire », on ne signifie pas un endroit, mais un groupe de personnes qui se réunissaient pour divertir la maîtresse du lieu, discuter de la littérature et jouir de la compagnie choisie de gens cultivés et spirituels qui mettent en pratique un modèle « galant »13 de comportement.

Mme de Sévigné qui fréquentait d’abord le salon de Mme de Rambouillet et ensuite celui de Mlle de Scudéry qui lui a succédé, y a suivi une véritable éducation sociale et culturelle. Dans la « chambre bleue » de Mme de Rambouillet les participants se plaisaient aux jeux et aux divertissements, mais la maîtresse du lieu se donnait aussi pour but de lutter contre la grossièreté des mœurs. La société parisienne de l’époque est « une société en mutation qui s’ouvre à la modernité et au raffinement dans certains espaces privilégiés, mais reste en grande partie imprégnée de brutalité et de barbarie...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.