Show Less
Restricted access

Kritikfiguren / Figures de la critique

Festschrift für Gérard Raulet zum 65. Geburtstag / En Hommage à Gérard Raulet

Series:

Edited By Olivier Agard, Manfred Gangl, Françoise Lartillot and Gilbert Merlio

Diese Festschrift, die Gérard Raulet zu seinem 65. Geburtstag gewidmet ist, will den Dank des engeren Kreises seiner Kollegen und Schüler zum Ausdruck bringen, die von seiner Lehre und vom wissenschaftlichen Austausch mit ihm, insbesondere im Rahmen der von ihm 1982 gegründeten Groupe de recherche sur la culture de Weimar an der Maison des Sciences de l’Homme in Paris, entscheidende Anregungen erfahren haben. Die hier versammelten 27 Beiträge können nur einen bescheidenen Ausschnitt aus dem umfassenden Forschungsfeld widerspiegeln, das ihm zu seiner internationalen Anerkennung als Germanist, Ideengeschichtler und Philosoph verholfen hat.


Ce volume d’hommage dédié à Gérard Raulet à l’occasion de son soixante-cinquième anniversaire exprime la reconnaissance du cercle proche des collègues et élèves qui ont pu bénéficier de son enseignement et des échanges scientifiques entretenus avec lui, notamment au sein du Groupe de recherche sur la culture de Weimar qu’il a créé dès 1982 auprès de la Maison des Sciences de l’Homme de Paris. Les 27 contributions qui y sont réunies s’efforcent de donner un modeste reflet de l’immense champ des recherches qui lui a valu sa réputation internationale de germaniste, d’historien des idées et de philosophe.

Show Summary Details
Restricted access

« … ne se creuse point de domicile » Esquisse sur Walter Benjamin, Der Fischotter: Marion Picker

Extract

« Élément premier d’une nature en milieu urbain, ressource vitale sine qua non pour toute agglomération humaine, l’eau a fait l’objet de recherche pour son captage, son acheminement, sa distribution et, ce qui fut moins aisé, le maintien de ces qualités naturelles. L’hydraulique a ainsi constitué une sorte de modèle, de clef pour l’équipement, qu’il s’agisse de ville ou de territoire. Du fleuve aux aqueducs et aux canaux, aux conduites forcées, aux jaillissements des fontaines et des cascades, l’eau est devenue un mythe de l’urbanité. »1

Rien ne semble indiquer que “Der Fischotter” (“La loutre”) pourrait fournir un accès privilégié pour une lecture analytique d’Enfance berlinoise.2 À la différence des pièces “Loggias”, que Benjamin mentionne dans sa correspondance parce qu’il y voit son autoportrait réussi3, ou “Éveil du sexe”, qui mène sa vie en annexe après avoir été frappé d’anathème par Gershom Scholem4, le petit texte dédié à l’animal aquatique n’a pas suscité de commentaire connu de la part de son auteur. Les exégètes n’en ont pas fait leur morceau de choix non plus, tant l’existence de ces quelques lignes est discrète, à l’instar de ce qu’elles disent sur cet habitant particulier du jardin zoologique.

Pourquoi donc retenir la loutre comme point d’entrée à une lecture d’Enfance berlinoise ? Une réponse provisoire pourrait être : parce qu’il n’y a justement pas d’accès privilégié, ni d’ordre de lecture contraignant. Certes, les ← 143...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.