Show Less
Restricted access

Kritikfiguren / Figures de la critique

Festschrift für Gérard Raulet zum 65. Geburtstag / En Hommage à Gérard Raulet

Series:

Edited By Olivier Agard, Manfred Gangl, Françoise Lartillot and Gilbert Merlio

Diese Festschrift, die Gérard Raulet zu seinem 65. Geburtstag gewidmet ist, will den Dank des engeren Kreises seiner Kollegen und Schüler zum Ausdruck bringen, die von seiner Lehre und vom wissenschaftlichen Austausch mit ihm, insbesondere im Rahmen der von ihm 1982 gegründeten Groupe de recherche sur la culture de Weimar an der Maison des Sciences de l’Homme in Paris, entscheidende Anregungen erfahren haben. Die hier versammelten 27 Beiträge können nur einen bescheidenen Ausschnitt aus dem umfassenden Forschungsfeld widerspiegeln, das ihm zu seiner internationalen Anerkennung als Germanist, Ideengeschichtler und Philosoph verholfen hat.


Ce volume d’hommage dédié à Gérard Raulet à l’occasion de son soixante-cinquième anniversaire exprime la reconnaissance du cercle proche des collègues et élèves qui ont pu bénéficier de son enseignement et des échanges scientifiques entretenus avec lui, notamment au sein du Groupe de recherche sur la culture de Weimar qu’il a créé dès 1982 auprès de la Maison des Sciences de l’Homme de Paris. Les 27 contributions qui y sont réunies s’efforcent de donner un modeste reflet de l’immense champ des recherches qui lui a valu sa réputation internationale de germaniste, d’historien des idées et de philosophe.

Show Summary Details
Restricted access

De la « conscience de crise » au travail de la catastrophe Remarques sur les recoupements discursifs entre intellectuels de droite et de gauche dans l’Allemagne d’après 1945: Guillaume Plas

Extract

C’est l’un des projets de recherche les plus spécifiques au Groupe de recherche sur la culture de Weimar fondé par Gérard Raulet que d’avoir étudié les interdiscours foisonnants entre intellectuels de droite et de gauche dans l’Allemagne de l’entre-deux-guerres.1 L’une des finalités centrales de ces analyses a été de mettre en évidence la relative inopérativité de l’opposition consacrée entre “droite” et “gauche” et de mesurer la pertinence de critères de catégorisation politique alternatifs au sujet de cette période. Celle-ci a été lue, dans ce contexte, comme un moment habité par une conscience de crise, dont les interdiscours qui l’ont traversée furent l’expression.

Si ce champ thématique a été largement parcouru par le Groupe Weimar, une question directement annexe a quant à elle été moins souvent traitée : qu’advient-il de cette interdiscursivité après 1933, et plus précisément – la situation politique de l’Allemagne empêchant évidemment toute interdiscursivité sous le Troisième Reich –, qu’en advient-il après 1945 ? Thomas Keller a été l’un des rares auteurs à se pencher sur la question, étudiant, dans l’ouvrage collectif auquel le titre de la présente étude fait allusion, le prolongement de la Kulturkritik – support central de ces interdiscours – dans l’Allemagne d’après-guerre.2 Pour autant, la question de l’impact des facteurs historiques immédiats sur le réagencement des débats idéologiques dans cette période post- et non plus pré-« traumatique » (Keller) est, notamment dans le texte de Keller...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.